L'Agriculteur Normand 18 janvier 2012 à 16h40 | Par Anne-Sophie Legeay

Manche - Produits phytosanitaires : vérifiez les cultures et les usages avant d'acheter

Dans le cadre de la conditionnalité PAC, vous devez tenir à jour un cahier d'enregistrement des traitements sur cultures.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De nombreux produits à base d'isoproturon possède une AMM sur blé et sur orge mais pas sur triticale
De nombreux produits à base d'isoproturon possède une AMM sur blé et sur orge mais pas sur triticale - © Th. Guillemot



Chaque produit a un numéro d'autorisation de mise sur le marché (AMM) découlant d'une étude effectuée pour un emploi et une culture bien spécifique. De ce fait les interdictions et les autorisations sont à vérifier pour chaque produit en fonction de l’usage et de la culture même s'ils sont vendus en pack. Par exemple, de nombreux produits à base d'isoproturon possède une AMM sur blé et sur orge mais pas sur triticale (le triticale n'est pas du blé).  Lorsque vous achetez un pack pour du triticale, vérifiez bien que l'ensemble des produits composant le pack sont autorisés sur triticale. Si l'un d'entre eux est interdit, vous ne pourrez pas utiliser le pack complet. L'autorisation d'un produit du pack sur une culture n'est pas transférable aux autres produits contenus dans le pack.  Dans le cadre de la conditionnalité des aides PAC, l'utilisation des produits phytopharmaceutiques peut être contrôlée dans le domaine “productions végétales”. En cas d'utilisation de produits n'ayant pas ou plus d'autorisation de mise sur le marché, une réduction des aides pourrait avoir lieu. Cette dernière peut varier entre 1 et 3 % en fonction de l'anomalie constatée sur ce point. Par ailleurs, il est important de demander des préconisations écrites lors d'achats de produits phytosanitaires. En conclusion, soyez vigilant sur l'achat des produits, vérifiez bien qu'ils soient autorisés : - sur la culture en question : même si les cultures sont similaires, il n’est pas forcément évident qu’une molécule soit homologuée pour l’ensemble de ces cultures ;            - pour l'usage en question : malgré la présence d'une matière active identique, certains produits commerciaux peuvent ne pas être agréés pour les mêmes utilisations. Un dossier d’homologation est lourd et coûteux pour une firme et tous les usages ne sont pas pourvus.

LA FDSEA au service de ses adhérents
02 33 06 48 32 - contact@fdsea50.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui