L'Agriculteur Normand 04 janvier 2017 à 08h00 | Par SB

Marion Alloteau : du vert au rose

Marion Alloteau, jeune agricultrice installée dans le Perche, vit son métier avec passion. Une passion qu’elle a mit au service d’une bonne cause, celle de la lutte contre le cancer du sein, en participant au calendrier de Perche rose, en se prêtant au jeu sous l’objectif de David Commenchal, photographe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SB

Marion Alloteau a passé son enfance dans le Perche, et notamment chez ses grands-parents qui étaient agriculteurs dans cette région ornaise. Pour autant, ils ont arrêté d’exploiter « quand j’avais cinq ans » se rappelle la jeune trentenaire. Elle a suivi des études de commerce avant que la passion des vaches la rattrape. Alors « j’ai repris des études agricoles pour pouvoir m’installer » confie Marion Alloteau. Un BPREA en poche décroché à Laval, elle a pris les rênes en individuel d’une exploitation de Prim’Holstein à la Chapelle-Souëf depuis avril 2015, convaincue de son choix lors de ses stages aussi bien dans un système conventionnel que bio.

Emotion des vêlages
« Travailler avec des vaches, au grand air, en étant maître de sa journée » c’est ce qui motive Marion Alloteau. « Certes, il y a des contraintes mais il y a beaucoup de bons moments. Aujourd’hui, j’ai une qualité de vie que j’apprécie » poursuit-elle, le sourire aux lèvres. Sa sensibilité féminine ne la lâche pas. « Voir des naissances, c’est toujours émouvant » confie la jeune agricultrice. Son attachement aux animaux ne fait aucun doute. « On manipule toujours les animaux dans le calme, sans bâton. Elles
rentrent tranquillement. Il n’y a jamais un mot plus haut que l’autre. Mais je passe beaucoup de temps avec elles. J’aime être allongée dans l’herbe avec elles » témoigne la jeune femme.

Des investissements raisonnés
Malgré la crise laitière, Marion n’a pas flanché. « Si je ne me lançais pas maintenant, quel aurait été le bon moment » s’est-elle interrogée. Et après tous les calculs, « j’ai vu que je pourrais m’en sortir ». Cela passe par des investissements raisonnés comme une salle de traite d’occasion, pas de tracteurs neufs, des projets de bâtiments à condition d’obtenir les aides… La jeune femme ne fait pas l’économie d’un suivi précis de son troupeau. « Il y a un suivi repro tous les mois. Je fais attention au choix du taureau parce qu’il est toujours possible d’améliorer la mamelle, les pattes, favoriser les vêlages… »

Une bonne cause
Cette passion des animaux est une fierté pour cette petite fille d’agriculteurs. Mais elle veut mettre son métier au profit de la lutte contre le cancer du sein. Sur son exploitation, le film d’enrubannage est rose, synonyme que deux euros sont reversés à la ligue par balle. « Si je pouvais avoir un tracteur rose, j’en aurai un » s’amuse-t-elle. Cette sensibilité a également été réveillée quand une amie d’enfance, Malvina Lalière, lui a émis l’idée d’un calendrier dans le cadre d’Octobre rose, mois en faveur de la lutte contre le cancer du sein. Cette percheronne d’origine a tout de suite été partante. « Nous sommes amies depuis la maternelle. Et on a gardé contact via Facebook » rappelle Marion. Ce calendrier permettait d’affirmer le côté féminin de la profession agricole.

Une aventure réussie
Marion n’a pas été la seule à être séduite par l’opération. Agricultrices ou salariées dans le para-agricole, installées ou en cours d’installation dans diverses productions (vaches, chèvres, brebis, volailles, escargots..), elles ont toutes franchi le pas en mettant en scène leur métier sous l’objectif de David Commenchal, photographe indépendant. « C’est le reflet de l’agriculture du Perche » constate la chef de projet, vantant la diversité des participantes. Et l’aventure a été une réussite. Pourtant, « Ce n’est pas donné à tout le monde de poser. Mais avec David Commenchal, nous étions en confiance. Il a su montrer notre féminité et non la vulgarité » admet Marion Alloteau. Le temps d’un cliché, elles ont toutes oublié leurs différences pour être unies. Désormais, ces agricultrices ou salariées forment une bonne équipe. « Nous avons su mélanger nos productions, nos façons de voir les choses pour une bonne cause. C’est une sacrée aventure » qui dépasse leurs espérances en terme de vente ! Une bonne image pour l’agriculture percheronne.

- © SB

Pratique
La totalité des bénéfices du calendrier, vendu au prix de 10 euros, est reversée à la Ligue contre le cancer.
Sites :
http://percherose.jimdo.com/
https://www.facebook.com/
percherose/

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui