L'Agriculteur Normand 12 janvier 2018 à 08h00 | Par Jean Lieven

Niveau de croissance des colzas en entrée hiver

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Contexte météo
Globalement, les semis se sont déroulés dans de bonnes conditions jusque début septembre. En septembre, les cumuls pluviométriques ont été très contrastés à l’échelle même de micro-secteurs avec des effets +/- positifs sur la qualité des levées et sur la faisabilité des derniers semis.
Durant l’automne, le cumul des pluies a été supérieur aux normales sur une large partie de la région (notamment moitié Nord 76, Nord Manche et Ile-de-France). A l’inverse, la pointe Sud-Est de l’Orne est plutôt sur une tendance légèrement déficitaire en précipitations. Le mois d’octobre s’est distingué par un régime pluviométrique déficitaire dans tous les secteurs à l’inverse du mois de décembre particulièrement arrosé.
Après les semis, les températures ont été inférieures aux normales de saison jusqu’au 20 septembre environ. Le mois qui a suivi fut très doux et a contribué à la mise en place d’une biomasse satisfaisante pour la majorité des parcelles et un rattrapage correct des levées tardives. Depuis début novembre, les températures étaient relativement basses avant de repasser bien au-delà des normales dans les 8-10 derniers jours de décembre 2017.

Etat de croissance
des colzas
En Basse-Normandie, en entrée hiver, les poids verts atteignent 1,3 kg/m² en moyenne dans le Calvados (contre 0,4 en 2016) et 1,8 kg/m² dans l’Orne (contre 0,7 en 2016).
En Haute-Normandie, les colzas ont produit une biomasse moyenne de 1,04 kg/m² dans l’Eure (idem 2016) et 1,5 kg/m² en Seine-Maritime (idem 2016).
Par rapport à la moyenne pluriannuelle (2005-2016), les colzas ont produit 11 % de biomasse en plus en Normandie.
En Île-de-France (sauf 77), la biomasse fraîche moyenne atteint 1,8 kg/m² (contre 0,8 kg/m² en 2016). C’est environ 50 % de croissance en plus par rapport à la moyenne pluriannuelle (2007-016).

Les parcelles ayant reçu un apport organique avant semis ont produit 26 % de biomasse en plus que celles n’ayant rien reçu.

Dans les parcelles du réseau, l’absorption d’azote par le colza avant hiver s’élève à 80 U en moyenne en Basse-Normandie, 61 U en Haute-Normandie et 86 U en Ile-de-France Ouest

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui