L'Agriculteur Normand 01 septembre 2010 à 16h43 | Par D.LECLER - JF GAULE/CA 50

OPTITRAITE® - Une machine contrôlée et sécurisée pour un lait de bonne qualité

Les dysfonctionnements d'une installation de traite sont souvent progressifs et imperceptibles. Compte tenu de l’enjeu économique que représente la qualité du lait et du lien étroit avec le fonctionnement de la machine à traire, un contrôle OPTITRAITE® chaque année est indispensable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis son dernier contrôle OPTITRAITE®, votre machine à traire a accumulé de nombreuses heures de travail (en général plus de 1000 heures par an). Pensez à vérifier la date du contrôle précédent sur le macaron collé dans votre laiterie. S'il remonte à plus d'un an, prenez rapidement rendez vous avec votre concessionnaire agréé ou avec un conseiller traite de la Chambre d’Agriculture dans le Calvados et la Manche ou Orne Conseil Elevage.
Depuis son dernier contrôle OPTITRAITE®, votre machine à traire a accumulé de nombreuses heures de travail (en général plus de 1000 heures par an). Pensez à vérifier la date du contrôle précédent sur le macaron collé dans votre laiterie. S'il remonte à plus d'un an, prenez rapidement rendez vous avec votre concessionnaire agréé ou avec un conseiller traite de la Chambre d’Agriculture dans le Calvados et la Manche ou Orne Conseil Elevage. - © DR

Les objectifs sont multiples:
• assurer la maîtrise de la qualité du lait et des infections mammaires,
• prévenir les pannes possibles de l'installation de traite entre deux contrôles OPTITRAITE®,
• optimiser les conditions de travail et le temps de traite.

Qu’est-ce-qu’un contrôle OPTITRAITE® ?
Le contrôle OPTITRAITE® permet de faire un diagnostic complet de l’état et du fonctionnement de l’installation de traite:
• examen visuel et contrôle des équipements (pompe à vide, régulateur de vide, pulsateurs, faisceaux trayeurs, pompe à lait...),
• mesure et réglage du niveau de vide,
• contrôle de la pulsation,
• mesure du débit de la pompe et jugement de sa capacité par rapport à l'installation,
• détection des fuites éventuelles (circuit du vide, circuit du lait...),
• jugement de la capacité du lactoduc (pente, diamètre) par rapport au nombre de postes.
De nouvelles mesures concernant la régulation du vide vont permettre un diagnostic plus précis sur le fonctionnement du régulateur, élément primordial pour la stabilité du vide dans l'installation.
A l'issue du contrôle, un bilan est remis à l'éleveur avec un commentaire sur les réglages de l'installation et sur les améliorations à apporter.
Les systèmes de déposes automatiques et le fonctionnement du lavage peuvent également être vérifiés selon des procédures spécifiques.
La méthode OPTITRAITE® est adaptée à tous les types d'installations, du pot à terre à la salle de traite la plus sophistiquée. Les robots de traite, comme toutes les installations de traite, doivent être contrôlés annuellement selon le protocole OPTITRAITE®. Les résultats des contrôles effectués sur les robots montrent qu’ils ne sont pas exempts d’anomalies, les vérifications périodiques réalisées par les installateurs de robots ne donnent pas toutes les garanties d’un contrôle OPTITRAITE®.

OPTITRAITE®: un contrôle annuel réalisé exclusivement par des agents qualifiés.
OPTITRAITE® est un protocole national de contrôle des installations de traite, mis en place et supervisé par le COFIT (Comité Français Interprofessionnel pour les Techniques de Production du lait) et l’Institut de l’Elevage.
Il doit être réalisé par un technicien qualifié Cette qualification repose sur le suivi d'une formation spécifique, une mise à niveau régulière des connaissances rendue nécessaire par l'évolution des normes et l'utilisation d'un matériel de contrôle performant. Les Chambres départementales d'Agriculture de la Manche et du Calvados et Orne Conseil Elevage ont en charge l'agrément des installateurs et la qualification de leurs agents pour la réalisation des contrôles OPTITRAITE® (voir liste des entreprises agréées en Basse-Normandie).
Une nécessité technique.
Plus le contrôle OPTITRAITE®  est ancien, plus le niveau des numérations cellulaires est élevé.
Une étude, réalisée sur une période de 3 ans concernant les producteurs de lait Bas-Normands a révélé que la moyenne des numérations cellulaires était 70 000 cellules plus faible quand l'écart entre 2 contrôles OPTITRAITE® était proche de 12 mois par rapport à un écart entre contrôles supérieur à 18 mois.
Les installations contrôlées tous les 12 mois sont celles qui donnent les meilleurs résultats et elles sont moins mises en cause en cas de détérioration de la qualité du lait. L’aspect préventif prend là tout son intérêt. Suivre régulièrement l’état de son matériel permet d’éviter de gros problèmes de germes, de cellules ou mammites.
La révision qui suit le contrôle OPTITRAITE® limite également le risque de panne de l'installation de traite en cours d'année (blocage de la pompe à vide, régulateur de vide hors service, membranes percées, pompe à lait défectueuse…).
Les problèmes liés à l'entretien de la machine et leurs conséquences.
Le simple mécanisme de traite peut être source de traumatismes pour le trayon et donc favoriser la pénétration de germes responsables de mammites quand le fonctionnement de la machine à traire dérive :
- Une réserve réelle devenue insuffisante, un défaut de débit de la pompe à vide, un mauvais fonctionnement du régulateur, des pertes de régulation, des fuites sur les canalisations, par exemple, contribuent à rendre le vide instable dans l’installation. Le vide, perturbé dans le manchon trayeur peut alors être à l’origine de retour de lait dans les trayons (phénomène d’impact), cela peut contribuer  à y faire pénétrer des germes et relayer les infections existantes.
- Le pulsateur, actionné plusieurs millions de fois sur une année, est l’un des éléments les plus sollicités de la machine. Défectueux ou mal entretenu, il peut agresser les trayons, si le temps et les conditions de massage  sont insuffisants.
- L’observation d’altérations sur les trayons telles des congestions, œdèmes, anneaux de compression, hyperkératose, micro-hémorragies et éversions du canal du trayon peuvent résulter d’une anomalie du niveau de vide.
- Un manchon trayeur inadapté à la taille des trayons peut entraîner la formation d’un anneau de compression autour du trayon et une traite incomplète ou traumatisante pour l'animal.
D'autre part une mauvaise utilisation par le trayeur (entrées d'air excessives lors de la pose des griffes ou surtraite par exemple…) peut aggraver les conséquences de ces anomalies de fonctionnement.
Privilégier la prévention à l’intervention d’urgence.
A la réalisation du contrôle, des dérives importantes du réglage sont fréquemment constatées si la dernière vérification remonte à plus d'un an.
Dans ce cas, la remise en état de fonctionnement normal de l'installation pourra être traumatisante pour quelques animaux plus sensibles. Ce phénomène de réadaptation n'apparaît pas avec un contrôle préventif tous les 12 mois. Les mêmes conséquences sur la santé des trayons et les numérations cellulaires seront observées en cas de changement trop tardif des manchons trayeurs. En général, ils doivent être remplacés au plus tard tous les 12 mois.

Un intérêt économique évident
Une machine à traire mal réglée risque de détériorer l'intégrité du canal du trayon, première barrière naturelle contre la pénétration des microbes dans la mamelle. Ces bactéries, une fois dans un quartier, vont se multiplier et déclencher une réaction inflammatoire plus ou moins forte qui va se traduire par une mammite. On distingue deux formes de mammite selon la sévérité de l'infection :
• les mammites subcliniques (ou inapparentes) ;
- les mammites cliniques avec des symptômes visibles.
Un outil de simulation de l'impact économique des mammites dans une exploitation bovine laitière est disponible sur internet (www.casdarsante.com). Il permet d'estimer le manque à gagner résultant de l'effet des maladies sur les performances zootechniques des animaux atteints  et les coûts ou dépenses de santé inhérents à ces maladies
Une approche rapide montre qu’une mammite clinique coûte plus de 100 € et que l’impact économique total peut aller jusqu'à 230 €/vache/an selon les cas. Les pénalités et les traitements coûtent cher. Néanmoins, les deux tiers des coûts sont liés aux pertes de production (perte de lait, baisse de production, réformes anticipées, …) sans compter le travail supplémentaire et le stress engendré par ces problèmes de mammites. Certes, le contrôle OPTITRAITE® a un coût (150 à 400 € HT en fonction du nombre de postes et de l’intervenant), auquel va se rajouter le montant de la révision effectuée par votre installateur avec le renouvellement des pièces jugées défectueuses, mais il est sans commune mesure avec l'impact économique inhérent à de mauvaises analyses de lait ! A titre d'exemple, un élevage livrant 300 000 litres de lait par an payé en classe A au lieu de super A sur 3 mois de l'année perd en moyenne 457 €, un mois payé en classe B coûte 380 €. Bien entendu le contrôle seul ne suffit pas, il faut effectuer les entretiens et réparations nécessaires si le contrôle révèle des anomalies.
D.LECLER - JF GAULE
Conseillers traite
Chambre d'Agriculture de la Manche

.
. - © DR

Une obligation réglementaire

Si vous êtes adhérents à la Charte des Bonnes Pratiques d’Élevage, vous vous êtes engagés à réaliser le contrôle annuel de votre installation de traite. D’autre part, dans le cadre de la conditionnalité des aides PAC, le dernier contrôle machine à traire OPTITRAITE® effectué ne doit pas dater de plus de 18 mois. Cette exigence fait partie des bonnes pratiques d’hygiène spécifique au secteur laitier, en application du "Paquet Hygiène". Vous devez donc conserver la fiche de contrôle OPTITRAITE® que vous présenterez en cas de contrôle conditionnalité.
Le non-respect de ce point, pour lequel aucun délai de remise en conformité n’est accepté, entraîne une pénalité de 1 % sur toutes les aides PAC de l’année civile. Alors, si vous n’êtes pas encore en règle avec la conditionnalité 2010, prenez vite contact avec votre concessionnaire machine à traire ou le maître d'œuvre départemental afin de réaliser rapidement un contrôle OPTITRAITE®.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui