L'Agriculteur Normand 14 février 2020 à 19h00 | Par J. Pertriaux

Près de 50 bovins périssent dans un incendie à Boischampré

Vendredi 14 février 2020, à Boischampré (61), un incendie s’est déclenché, peu avant 9h. Près de 50 bovins ont péri, dont 40 veaux. Les pompiers restent mobilisés pour sécuriser les lieux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© JP)  © JP  © JP  © JP  © JP  © JP  © JP  © JP  © JP  © JP  © JP  © JP  © JP  © JP

« Je soignais les veaux ce matin. Quand je me suis retourné, il y avait le feu partout », raconte Vincent Genissel, agriculteur à Boischampré dans l’Orne. Vendredi 14 février 2020, 40 veaux, un taureau et cinq vaches ont péri dans l’incendie qui a ravagé le Gaec de La Grande-Rivière. Plusieurs bâtiments agricoles sont détruits, 1 200 t de paille ont brûlé. Plusieurs casernes de pompiers étaient mobilisées sur les lieux, notamment Ecouché, Mortrée, Rânes, Alençon et Argentan. La maison d’habitation n’a pas été touchée. La cause de l’incendie n’est pas encore déterminée.

La solidarité est là

Près de 150 animaux ont été sauvés grâce à l’aide des voisins et des collègues agriculteurs. « Les copains ont pris des bêtes en pension. Je remercie tous les habitants de Saint-Christophe-le-Jajolet qui sont venus nous aider », salue Vincent Genissel. L’exploitant est associé avec Françoise, Quentin, Romain et Adeline. En fin de journée, un ballet de trois manitous et un tracteur fourche évacuait la paille encore fumante, pour l’étaler dans un champ et l’aider à se consumer.  « Les pompiers refroidissent les godets à chaque passage. Les agriculteurs maîtrisent la conduite de leurs engins. Je salue leur performance et leur professionnalisme. Ils respectent les règles de sécurité. Ils nous font confiance et nous leur faisons confiance aussi », apprécie Laurent Delion, chef du centre de secours de Courtomer. En fin de journée, Laurent Delion, treize pompiers et une cellule d’assistance respiratoire étaient encore sur place. Ils ont pour mission de sécuriser les lieux afin de protéger ce qui n’a pas brûlé, « encore au moins jusqu’à demain matin. Les structures des bâtiments sont fragiles. Nous resterons le temps nécessaire ». La météo clémente de ce vendredi 14 février a joué en faveur des pompiers. « Mais elle le sera moins cette nuit et cela risque de nous compliquer la tâche. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui