L'Agriculteur Normand 19 mars 2020 à 17h00 | Par J. Pertriaux

Prophylaxies : « une super contention » contre le covid-19

A date de jeudi 19 mars 2020, les prophylaxies considérées comme urgentes sont maintenues. L'éleveur doit assurer une contention optimale et prévenir son vétérinaire si lui, ou son entourage, présente des cas positifs ou suspects de coronavirus.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cornadis, couloirs de contention, vaches attachées, de quoi se laver les mains régulièrement : toutes les mesures de contention et d'hygiène doivent être prises par l'éleveur.
Cornadis, couloirs de contention, vaches attachées, de quoi se laver les mains régulièrement : toutes les mesures de contention et d'hygiène doivent être prises par l'éleveur. - © Archives JP

L'ordre national des vétérinaires a donné ses consignes : « les professionnels sont invités à ne prendre en charge des animaux qu'en cas de nécessité, pour des raisons de risque sanitaire ou d'impacts en termes économique ou de bien-être animal ». Si les suivis de reproduction ou la visite sanitaire obligatoire annuelle sont par exemple interdits, « les prophylaxies considérées comme urgentes sont maintenues », illustre Étienne Gavart, directeur du GDS 14. Entendre par « urgentes » : « les prophylaxies dont la tuberculose bovine, les prophylaxies si mises à l'herbe des animaux, les contrôles d'achat ».

Gestes barrières

La campagne en cours continue, mais sous réserve « d'une super contention des animaux, prévient Edmond Roy, vétérinaire à Carentan-les-Marais. Les vaches doivent être attachées quand nous arrivons dans l'élevage. Nous devons respecter les gestes barrières » dont la distance de sécurité d'un mètre avec l'éleveur. Impossible, donc d'être deux pour tenir un bovin. « C'est un vrai problème, appuie Etienne Gavart. Car les voisins viennent souvent aider à la contention. » En cette période de confinement, il n'en est donc pas question. « On ne modifie pas la liste des personnes qui sont en contact. La contention doit être réalisée par le cluster du confinement, pour protéger les clients du vétérinaire et le vétérinaire. » Les laboratoires d'analyses continuent de fonctionner.

Si l'éleveur, ou son entourage, présente des cas positifs ou suspects de coronavirus, il est de sa responsabilité de prévenir le vétérinaire, afin de déterminer si la visite non urgence vitale doit être maintenue (en coordination avec le GDS pour les prophylaxies).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,