L'Agriculteur Normand 25 octobre 2019 à 09h00 | Par Vincent Calvarin Conseiller horticole d'Astredhor Seine-Manche

Réduction de l'utilisation des produits phytosanitaires : accompagner la filière horticole normande

Témoignage de l'entreprise les Vivaces de l'Odon, impliquée dans un « groupe 30 000 » Ecophyto. Utiliser le moins possible de produits phytosanitaires a toujours paru logique à Philippe et Evelyne Dubosq, et David Richard.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
David Richard (à gauche) et Philippe Dubosq (à droite).
David Richard (à gauche) et Philippe Dubosq (à droite). - © CAN

« De par la grande variété d'espèces que nous produisons sur une surface relativement petite, l'idée même de faire un traitement généralisé est totalement aberrante, car les problèmes qui peuvent être rencontrés sont en général très localisés. Cet état d'esprit nous a aidés et conduit à trouver des solutions pour n'utiliser qu'au strict nécessaire ces produits, voir même à nous en passer presque totalement.» Pour les accompagner dans cette démarche, ils sont depuis plusieurs années adhérents de l'appui technique proposé par Astredhor Seine-Manche. Un conseiller les aide à mettre en oeuvre les techniques les plus efficaces et résoudre les problèmes de la façon la plus respectueuse de l'environnement.
En 2017, pour aller plus loin, ils ont intégré un groupe 30 000, financé par l'Agence de l'eau Seine Normandie. Ce groupe est constitué de vingt entreprises, horticulteurs et pépiniéristes répartis sur l'ensemble du territoire normand. Les groupes 30 000 correspondent à des groupes d'agriculteurs qui se réunissent pour mettre en place des systèmes et techniques éprouvées dans le dispositif Dephy du plan Ecophyto. Il leur permet aussi d'échanger sur les pratiques et de partager leurs expériences et leurs réussites tout comme les difficultés rencontrées au quotidien.

Parmi les différents leviers mis en place par Philippe et Evelyne Dubosq, et David Richard, il y a le paillage des conteneurs. La lutte contre les adventices est une des problématiques essentielles à intégrer si l'on souhaite réduire son usage de produits phytosanitaires.
« Après quelques essais infructueux, nous avons mis en place le paillage de l'ensemble de nos cultures. Les godets sont surfacés avec un paillage composé de cosse de sarrasin. Elle a l'avantage d'être assez légère et donc s'adapte à un grand nombre de plantes, quel que soit le port.
Pour la gestion des adventices sur les abords et allées, nous sommes encore en recherche de la meilleure solution. Nous avons plusieurs pistes encourageantes.
Des essais d'enherbement avec des mélanges techniques sont en cours. Des applications de vinaigre en alternative au glyphosate semblent être prometteuses. Il faut que nous affinions tout cela.»
Depuis 2015, l'équipe des Vivaces de l'Odon a décidé de valoriser ces démarches personnelles auprès de leurs clients et se sont engagés dans une certification environnementale de leur entreprise. Certifiés au niveau 2 du label Plante Bleue, ils envisagent maintenant d'obtenir le niveau 3 en 2020, équivalent de la certification HVE (haute valeur environnementale).

L'entreprise en quelques chiffres

o Exploitation de 1,7 ha de culture hors sol.
o Production de plantes vivaces ornementales.
o 1100 variétés.
o Production de 500 000 unités.
o 7 UTH.
o Vente aux entreprises du paysage, horticulteurs et pépiniéristes, collectivités et jardineries.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui