L'Agriculteur Normand 05 mai 2008 à 18h56 | Par Joël Rébillard - FRSEA

Rencontre - Michel Barnier à l’écoute de la FRSEA et des JA

En visite au festival des AOC de Cambremer, le ministre de l’agriculture, Michel Barnier, a rencontré les responsables régionaux de la FRSEA et des JA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les réactions à la sortie

Dans un emploi du temps particulièrement chargé, Michel Barnier a dégagé un quart d’heure pour rencontrer les responsables de la FRSEA et des JA de Normandie. Interpellé sur la FCO, il s’est montré attentif à la protection des races ovines menacées par l’expansion de la maladie : Avranchin, Cotentin, Roussin. Sur ce dossier de la fièvre catarrhale ovine, il a précisé que sa priorité demeurait de rouvrir l’exporta-tion de broutards vers l’Italie : “Nous négocions au plus haut niveau en vue de réduire le délai de circulation après la vaccination des animaux. Je suis en contact deux fois par jour avec nos homologues italiens”.

Environnement
La FRSEA a aussi appelé son attention sur les retraits du marché de certains produits phyto-sanitaires, notamment concernant la protection des cultures légumières. La situation est très préoccupante en ce qui concerne la carotte des sables de la côte ouest de la Manche. Michel Barnier a réitéré sa position sur ce dossier : “Il ne doit pas y avoir de suppression de molécule tant qu’il n’y a pas de solutions alternative”.
Quant à la contrainte administrative qui accompagne les aides du second pilier, la FRSEA a expliqué que les agriculteurs hésitaient à s’engager dans les mesures agri-environnementales du fait du risque fort de contrôle et de redressement qui leur est attaché. Sur ce point, le ministre de l’agriculture s’est voulu
rassurant : “le rééquilibrage des soutiens se fera dans le cadre du bilan de santé de la PAC”. Un rééquilibrage que les responsables ont souhaité plus large qu’entre les cultures arables et l’herbe, amis plus généralement entre les productions végétales et l’élevage, directement menacé par les cours actuels des produits végétaux.

Protéger le foncier
Enfin, les Jeunes agriculteurs ont demandé à ce que les dossiers d’installation ne soient plus bloqués faute de concordance des échéances en matière de formalités administratives. Ils ont aussi demandé à ce que les enveloppes financières destinées à financer les aides soient réellement disponibles dès le début de chaque exercice. Enfin, ils ont suggéré de protéger l’accès au foncier agricole en instaurant une taxe à l’artificialisation des terres. Le produit de cette taxe pourrait financer les aides à l’installation. Intéressé par cette suggestion, Michel Barnier a rappelé : “Instaurer une taxe n’est pas très populaire en ce moment. Néanmoins, il faut prendre des initiatives pour protéger l’espace agricole”. Présente à l’entretien, Nicole Ameline, députée de Deauville, a proposé que les secteurs soit un terrain d’expérimentation d’une telle initiative.
Dernier point de circonstance : les responsables ont demandé au ministre de l’agri-culture de prendre ses responsabilités en vue de faire aboutir le projet d’AOC d’agneau de pré-salé. Outre la reconnaissance de qualité du produit et du savoir-faire, cette AOC aurait le mérite de pérenniser la production sur le domaine public maritime.

Le ministre a rencontré Pascal Férey président de la FRSEA, Daniel Génissel président de la Chambre régionale d'agriculture, Patrice Lepainteur président de la FDSEA 14 et Guillaume Férey président des JA 14.
Le ministre a rencontré Pascal Férey président de la FRSEA, Daniel Génissel président de la Chambre régionale d'agriculture, Patrice Lepainteur président de la FDSEA 14 et Guillaume Férey président des JA 14. - © J.R.

Puis avec J-A Gautier

Après le départ du ministre, l’entretien s’est poursuivi avec Jérôme-André Gautier, son conseiller aux productions animales.
- Ovins : Jérôme-André Gautier a rappelé que les 17 millions d’euros destinés à la filière ovine (14 millions d’aide + 3 millions de FAC) sont des mesures conjoncturelles destinées à soulager les éleveurs en attendant les décisions du bilan de santé de la PAC d’application attendues pour 2009. “Pour 2008, les aides doivent être versées avant la fin de l’année. Il faudra que les éleveurs déposent rapidement leurs dossiers”.
- Veau de boucherie : alors que des éleveurs se retrouvent avec des bâtiments aux normes mais sans animaux, la FRSEA demande que ceux qui veulent se spécialiser en lait puissent bénéficier d’une attribution de référence laitière. Le conseil du ministre s’est montré ouvert, à condition que les membres de la filière partagent cette ambition.
- PMBE : la nouvelle procédure d’appel à candidature fait apparaître un dépôt de 270 demandes alors que le budget ne peut en financer que 200. Jérôme-André Gautier s’est engagé à ce que les demandeurs qui ne seraient pas servis à cette occasion n’aient pas besoin de déposer un nouveau dossier lors du prochain appel à candidature.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui