L'Agriculteur Normand 30 avril 2019 à 10h00 | Par Estelle Désillière

Se promener en deudeuche en Normandie, ça vous botte ?

Le Petit Futé a présenté ses guides Normandie et Best of Normandy à la presse mercredi 17 avril. À cette occasion, l’équipe de rédaction a organisé pour ses invités un circuit normand en 2CV, de 10 h à 18 h, en partenariat avec l’entreprise La Normandie en 2CV, basée à Pont-l’Evêque (14). Récit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ED

llll Il est 10 heures à Pont-l’Evêque, mercredi 17 avril. Le point de ralliement est donné au parking du restaurant des Tonneaux du Père Magloire. Une trentaine de personnes ont répondu présent à l’invitation de l’équipe du Petit Futé pour découvrir les nouveaux guides Normandie et Best of Normandy. « Nous avons voulu marquer le coup cette année et proposer une journée conviviale et faire découvrir une entreprise locale : la Normandie en 2CV qui propose des balades insolites dans la région », explique Anne Crochard, une des responsables d’édition. Parmi les invités : des journalistes, des blogueurs, mais aussi les auteurs des guides. Philippe
et Charlotte, de l’entreprise La Normandie en 2CV, nous présentent celles qui vont nous accompagner tout au long de la journée : « les deudeuches ».
Avant de partir, ils nous rappellent les consignes de conduite de ces voitures mythiques, insistant avec humour sur le passage des vitesses. « Faites attention quand vous êtes en première et que vous voulez passer la seconde. Il faut tourner le pommeau de levier de vitesse vers la droite sinon vous allez partir en marche arrière. Il y a un schéma dans la voiture, mais il est encore plus compliqué à comprendre que mes explications », plaisante Philippe, l’animateur de la journée. Nous découvrons la personnalité décalée de celui qui nous guidera toute la journée.

10h45
Dernières consignes de sécurité et en route. Quatre personnes par voiture. Philippe est en tête de file, je monte avec lui. Mais je passe mon tour pour prendre le volant en premier. Sa collègue, Charlotte, ferme la marche. Première destination : Honfleur. Pas question de prendre les grandes routes pour s’y rendre. Nous traversons des chemins de campagne, où il n’y a aucune visibilité, mais l’environnement est exceptionnel. Philippe est équipé d’un micro relié aux autoradios des autres 2CV et raconte le paysage. Nous passons devant des distilleries, des champs de pommiers, des haras. Pas de doute, nous sommes en plein cœur du Pays d’Auge. Nous faisons une première halte à Villerville, commune connue pour avoir accueilli le tournage du film « Un singe en hiver » avec Jean-Paul Belmondo et Jean Gabin. Nous arrêtons les voitures pour contempler la baie de Seine sous le soleil avant de reprendre la route.

12 heures
Nouvelle escale au Mont Joli, à Equemauville où un carillon est exposé à côté de la chapelle. Midi sonne, plus longtemps que d’habitude pour rendre un hommage à Notre-Dame de Paris, dévastée l’avant-veille par un terrible incendie. Nous profitons de ce moment unique, avant de nous diriger, quelques centaines de mètres plus loin vers un point qui offre « la plus belle vue d’Honfleur ». Nous contemplons le port, les maisons typiques de la ville ainsi que le pont de Normandie. Quelques minutes plus tard, nous reprenons nos deudeuches attitrées et nous arrivons enfin à Honfleur, où nous sommes accueillis comme des stars. Les touristes nous saluent, nous applaudissent et nous prennent en photos. Quelle entrée ! Après avoir fait le tour de la ville, nous nous dirigeons vers une route qui passe sous le pont de Normandie. « Stop, s’écrie Philippe dans les autoradios. Changement de conducteur ». C’est à mon tour de prendre le volant, un peu effrayée, car je n’ai jamais conduit de telle voiture. Je cherche le levier de vitesse à droite de ma cuisse. « Ah non, ça, c’est mon genou », rigole Philippe. Un temps d’adaptation s’impose, mais le bolide se conduit plutôt bien. Trop simple presque, Philippe décide de corser la promenade. « Je vais vous faire prendre un chemin ou il y a des cul de poules. Le but est de les éviter pour ne pas  crever les pneus des 2CV. Si un pneu crève, c’est le chauffeur qui change la roue », prévient-il. Entre crises de rires et petites frayeurs, tout le monde arrive à bon port pour le déjeuner.

13h30.
Nous arrivons chez Olivier et Brigitte Mézeray, installés à Coudray-Rabut, pour nous rassasier. Au menu, des produits du terroir fait par des producteurs locaux : légumes, rillettes, pâté, poulet de l’exploitation, cresson, camembert, pont-l’évêque, livarot, teurgoule et du fromage blanc accompagné d’un confit de poiré pour finir le repas en légèreté. Olivier et Brigitte Mézeray ont commencé une activité touristique à la ferme, uniquement avec l’entreprise de Philippe et Charlotte. Le couple reçoit « deudeuchars » et leur propose dégustations et animations normandes. « Nous pensons que c’est important d’ouvrir nos portes afin de communiquer sur notre métier et de montrer nos conditions de travail », confie Brigitte Mézeray.

16 heures.
La pause déjeuner a été plus longue que prévu. Nous remercions nos hôtes et retournons dans nos 2CV pour continuer à visiter le Pays d’Auge. Direction Clarbec, pour (re)découvrir les croyances normandes. D’abord les ifs, arbres sacrés en Normandie. « Les druides faisaient leurs bâtons avec le bois de cet arbre », explique Philippe. Un peu plus loin dans le village se trouve la fontaine magique de Saint-Laurent. « Ce saint a le pouvoir de soigner les maladies dermatologiques. Les malades doivent s’asperger de l’eau de la fontaine et laisser le mouchoir utilisé près de la statue de Saint-Laurent », conte l’animateur. Libre à chacun d’y croire, ou pas.

17 heures.
Dernière étape de la journée. Nous arrivons à la ferme de Geffausse, à Saint-Hymer où Flaubert, le canard de la propriété, nous accueille. Ce lieu magique a vu naître un autre Flaubert : Gustave. Le célèbre écrivain a passé son enfance ici. Aujourd’hui, le lieu est transformé en hôtel et gîte. Nous prenons un dernier verre de l’amitié avant de retourner au point de départ. Il est 18 h, la journée s’achève. Les visages sont détendus, tout le monde a passé une bonne journée et a redécouvert la Normandie, qui nous cache certainement encore de nombreuses surprises.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui