L'Agriculteur Normand 23 janvier 2013 à 17h39 | Par .

Sébastien Debieu, secrétaire général de la FDSEA du Calvados - L’URDAC/Coordination rurale 14 totalement absente du dossier circulation des engins agricoles

Grâce aux opérations “terrain”, FDSEA et JA ont été entendus sur la problématique de la circulation des engins agricoles.Des acquis qui suscitent des convoitises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
“Depuis 18 ans que la Coordination rurale est au pouvoir dans le département, l’avez-vous vu une seule fois manifester sur le terrain contre un aménagement routier préjudiciable à notre activité de tous les jours ? La réponse est sans appel. Non, jamais, jamais, jamais,” dénonce Sébastien Debieu.
“Depuis 18 ans que la Coordination rurale est au pouvoir dans le département, l’avez-vous vu une seule fois manifester sur le terrain contre un aménagement routier préjudiciable à notre activité de tous les jours ? La réponse est sans appel. Non, jamais, jamais, jamais,” dénonce Sébastien Debieu. - © TG
Sébastien Debieu, secrétaire général de la FDSEA, veut rendre à César ce qui appartient à César. En pleine campagne Chambre, il dénoncent l’opportunisme calculé de certains.

Dans un courrier adressé par l’URDAC/Coordination Rurale 14, Michel Legrand revendique sa présence sur de nombreux dossiers. Il cite notamment celui de la circulation des engins agricoles. FDSEA et JA ne sont donc plus seuls dans leur combat ?
Nous ne sommes effectivement plus seuls mais j’y vois là une manœuvre purement électoraliste dans la perspective des élections Chambre. Je prends les agricultrices et les agriculteurs du Calvados à témoin. Depuis 18 ans que la Coordination rurale est au pouvoir dans le département, l’avez-vous vu une seule fois manifester sur le terrain contre un aménagement routier préjudiciable à notre activité de tous les jours ? La réponse est sans appel. “Non, jamais, jamais, jamais...”
A contrario, depuis 2007, FDSEA et JA ont multiplié les “opérations terrain” pour montrer l’incompatibilité de multiples projets d’aménagements routiers avec une circulation adaptée aux engins agricoles. A Lisieux, à Falaise, au Mesnil-Patry, à Bayeux, à Cambes-en-Plaine... Je n’y ai jamais vu Michel Legrand, pas même à Bayeux, à quelques kilomètres de son siège d’exploitation. Sa présence aurait pourtant souligné sa solidarité avec notre mouvement. Ce n’est finalement qu’en mai 2012 que la Chambre s’est enfin réveillée.

Ce n’est peut-être pas la place d’un président de Chambre ?
Je pense que le représentant des agriculteurs du Calvados a sa place partout. C’est ma conception de la fonction. Mais Michel Legrand me l’a dit ouvertement : “c’est le boulot du syndicalisme”. FDSEA et JA ont fait le “taf” et, au risque de me répéter, la Coordination rurale a été totalement absente du dossier.
Ensuite, on peut se poser la question : où est la place du président de la Chambre d’Agriculture ? Je pensais qu’elle était à la table des négociations, avec les élus des collectivités territoriales en charge des aménagements routiers. Mais pas du tout et ce n’est pas moi qui le dit, c’est Mickäel Bertrand, le maire de Cambes-en-Plaine. Je le cite : “nous avons eu des réunions de concertation lors de l’élaboration de notre plan d’urbanisme mais, malheureusement, nous n’avons eu à faire qu’à des administratifs de la Chambre d’agriculture. Pas avec les élus(...). Or, c’est entre élus qu’on peut se parler et prendre des décisions sur des sujets importants”. Le président de la Chambre en réponse évoque “une réaction épidermique du maire de Cambes-en-Plaine” face à son refus de PLU. Mais un, à ma connaissance, cet avis n’est que consultatif. Deux, j’aurai aimé qu’il refuse d’autres PLU gros consommateur de foncier agricole comme Décathlon près de Caen. Alors n’en déplaise à Michel Legrand, “oui”, je revendique le droit de critiquer l’action des élus Chambre sur ces dossiers et j’argumente mais sans pour autant manquer de respect aux hommes et surtout pas aux salariés de la Chambre comme il le laisse penser dans son message envoyé lundi dernier.

A son actif quand même, la mise en place d’un COPA circulation ?
C’est un peu comme avec la problématique eau. C’est une fois que la pression devient très forte (CAPTAGES 14 sur l’eau, FDSEA -JA sur la circulation, JA sur l’installation...) que les lignes commencent à bouger. C’est aussi sans doute l’approche des échéances électorales qui me font penser que Michel Legrand prend les trains en marche. Alors oui, il peut se féliciter aujourd’hui de partenariats noués et se poser en rassembleur mais nous avons du nous battre à chaque fois. Et nous battre sans aucun soutien de la Coordination rurale sur des sujets départementaux.

Au-delà de ces divergences d’approches, pouvez-vous nous faire un point d’étape sur le dossier circulation ?
Nous avons réussi, le 11 janvier, à faire admettre à l’administration la nécessité de mettre en place une commission d’agriculteurs référents, 110 titulaires et suppléants. L’objectif est que nous soyons informés de tous nouveaux projets d’aménagements routiers afin de les analyser préalablement. Au niveau de la FDSEA et grâce à notre réseau de proximité, je pense que chaque responsable cantonal a un rôle à y jouer. De même que les futurs élus de la Chambre d’agriculture. C’est une des raisons pour laquelle nous soutenons la liste “Réunis pour l’agriculture de demain”.
Ce bilan n’est pas celui de la FDSEA
Il arrive régulièrement qu’un exploitant “débarque” dans les locaux de la FDSEA. Excédé par telle ou telle situation, il exige des comptes en nous demandant “QUE FAIT LA FDSEA ?”. Ce fut encore le cas la semaine dernière où un agriculteur au bénéfice forfaitaire agricole est venu avec son avis d’imposition. De plus en plus imposé, il ne comprenait pas les écarts avec des collègues de l’Orne.
Que dire des exploitants qui nous ont contacté car proches de la Manche, les contraintes de la Directive Nitrate étaient plus lourdes côté Calvados ?
Que répondre à ceux qui n’ont pas obtenu la calamité agricole alors que nos voisins pouvaient y prétendre ? A cela, on peut ajouter que notre département compte parmi les plus mauvais élèves au niveau national quant à la disparition des terres agricoles …
Ce qu’il faut retenir de tout ça, c’est bien que la FDSEA est minoritaire dans les différentes commissions départementales suite aux 3 derniers résultats des élections Chambre d’agriculture.
Nous refusons d’endosser la responsabilité de ce bilan…
Il appartient à l’URDAC/Coordination rurale 14 qui, bien que majoritaire, dans les commissions, ne fait pas le poids face aux exigences de l’administration. Arrêtez de penser que la FDSEA est responsable de toutes ces difficultés !
Peu le savent mais l’URDAC/Coordination rurale 14 et la Chambre d’agriculture siègent au conseil d’administration de la SAFER, à la SES (Section Economique et Structure), à la CDOA (Commission Départementale des Orientations Agricoles), à la commission fiscale…
Est-ce que l’URDAC/Coordination rurale 14  et l’équipe sortante sont la bonne recette ? Pas sur…
Depuis 18 ans, alors que l’URDAC/Coordination rurale et la Chambre sont majoritaires dans commissions, l’administration
ne semble pas avoir de contre-pouvoir en face d’elle !
A vos bons votes !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui