L'Agriculteur Normand 25 août 2011 à 09h53 | Par Laetitia Brémont

Solidarité - Une opération paille appelée à être pérennisée

Les responsables de la FDSEA de l’Eure et de la Manche ont fait le point, ce 17 août à Evreux, sur l’opération paille.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
“Nous souhaitons pérenniser cette action entre l’Eure et la Manche” soulignent les responsables de la FDSEA de l’Eure et de la Manche. (© L.Brémont) en cours de chargement (LB) prêt à partir vers la Manche (LB)

Malgré des conditions météorologiques difficiles, l’opération paille se poursuit dans l’Eure. Ce 17 août , les responsables FDSEA de la Manche et de l’Eure se sont retrouvés à Evreux pour faire un bilan.

“Depuis 2 à 3 ans, les éleveurs de la Manche voient leurs besoins en paille augmenter. Et avec la sécheresse que nous avons connu au printemps de cette année, certains éleveurs craignaient une situation difficile” rappelle en préambule  Pascal Ferey, président de la FDSEA de la Manche et de la FRSEA Basse-Normandie.


11 000 tonnes vers la Manche

“Dans un tel contexte, poursuit le  responsable syndical, nous nous sommes rapprochés de la FDSEA de l’Eure pour mettre en place une opération paille entre les deux départements."

Ce sont ainsi 11 000 tonnes de paille  récoltées dans l’Eure qui vont prendre le chemin des exploitations manchoises.


L’objectif est de mettre en place une solidarité entre les céréaliers et les éleveurs en difficulté, souligne Régis Chopin, président de la FDSEA de l’Eure. Les céréaliers ne doivent pas oublier que leurs premiers clients, ce sont les éleveurs. En cela, cette opération est un minimum vital de la part des céréaliers. En fixant des tarifs, nous souhaitions éviter la spéculation. Pour autant, le céréalier est indemnisé de façon juste, tout comme le transporteur est payé de son travail. Surtout, l’éleveur sait, en toute transparence, comment se décompose le prix de la tonne de paille : achetée 23 € HT au céréalier, elle atteint 60 € HT au départ du champ et coute 95 € HT livrée dans la cour”.

 

Au-delà de la situation difficile que nous connaissons cette année, nous  voulons pérenniser cette action entre l’Eure et la Manche” complète Pascal Ferey.


Régis Chopin fait un bilan de l’avancement des travaux : “Le Cercle d’Echanges de l’Eure assure le pressage et l’expédition de 8 000 tonnes auxquelles s’ajoutent les 3 000 tonnes de paille gérées par la FDSEA. Au passage, je tiens à souligner que sans le savoir-faire et les compétences du Cercle d’Echanges nous n’aurions pas pu envoyer une telle quantité de paille.Côté livraison, 1 500 tonnes sont arrivées pour l’instant dans la Manche. Il faut dire que la pluie de ces dernières semaines a géné le pressage et engendre forcement des problèmes d’expédition. ”

RETROUVER LA SUITE DE CET ARTICLE
DANS L'EURE AGRICOLE
DU 25/08/11
page 4

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui