L'Agriculteur Normand 09 décembre 2012 à 14h29 | Par J.-F. GAULE et D. LECLER Chambre d’Agriculture de la Manche

Traite - Déposes automatiques : faites contrôler votre installation

Les dysfonctionnements du décrochage automatique peuvent entraîner des mammites ou des cellules. Une vérification régulière est donc nécessaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un mauvais fonctionnement du système de décrochage automatique a des conséquences graves sur l’état sanitaire des mamelles.
Un mauvais fonctionnement du système de décrochage automatique a des conséquences graves sur l’état sanitaire des mamelles. - © CA 50

Les systèmes de dépose automatique ont montré leur utilité depuis longtemps et ils équipent aujourd'hui quasiment toutes les nouvelles installations. Ce dispositif permet de limiter la surtraite et de se libérer d'une tâche qui va permettre de soutenir des cadences de traite plus élevées.Un mauvais fonctionnement du système de décrochage automatique a des conséquences graves sur l’état sanitaire des mamelles. Selon les cas, il peut y avoir de la surtraite, des traites incomplètes ou des écarts importants entre les postes d’une installation. Cette situation entraînera pour une vache, des conditions de traite différentes à chaque passage qui seront un facteur de risque très important de mammite ou de numérations cellulaires élevées.Le trayeur est incontestablement la personne la mieux placée pour évaluer la qualité du fonctionnement de son système de dépose automatique. Si les vaches se montrent agressives en fin de traite, il peut suspecter une douleur due à une surtraite ou à vide résiduelle dans la griffe au moment de la dépose trop élevé. Il peut aussi observer si les quartiers sont bien vidés. Le contrôle des déposes automatiques est à effectuer lorsque l'éleveur constate ce type de problèmes, et il est particulièrement conseillé lorsque l'installation est modifiée. L'ajout de postes, par exemple, justifie une vérification des réglages. Enfin en cas de nettoyage insuffisant, l'encrassement ne permet plus un fonctionnement correct.des déposes automatiques. Par exemple, si la mesure du débit de lait se fait par conductivité, elle risque d'être erronée si la sonde est encrassée. De même, si l'orifice calibré de la griffe est obstrué, le niveau de vide résiduel au moment de la dépose sera plus élevé.Pour répondre à ce besoin, un protocole de contrôle des déposes automatiques a été conçu dans le but de s'assurer d'un fonctionnement homogène de tous les postes.

Rappel sur le fonctionnement des systèmes de dépose automatique

Le système de dépose automatique des faisceaux trayeurs repose sur la détection d’un débit de lait (par un capteur) en dessous duquel on considère que la traite est terminée.Leur fonctionnement peut être décrit à partir de la courbe d’éjection du lait d’une vache laitière standard (schéma 1).- La temporisation initiale : c’est la durée en début de traite pendant laquelle le système de dépose est inactif pour permettre au trayeur de brancher les faisceaux trayeurs et éviter les déposes prématurées avant le début de l’écoulement du lait. - Le débit de fin de traite : c’est le seuil en dessous duquel on considère que la traite est terminée et que le processus de dépose est activé.- La temporisation : c’est le délai qui s’écoule entre le moment où le débit de fin de traite est détecté et celui du retrait du faisceau trayeur. Ce délai peut permettre une annulation du processus de dépose si le débit du lait devient à nouveau supérieur au seuil prédéfini.Un système de dépose automatique des faisceaux trayeurs est donc conçu autour d’un capteur de débit du lait qui détecte le moment où celui-ci devient inférieur au seuil prédéterminé (en général entre 0,2 et 0,5 kg/minute).A l’issue d’une temporisation de fin de traite, qui permet un égouttage plus ou moins long, le faisceau trayeur sera retiré de la mamelle de la vache laitière.

- © Institut de l'élevage - CA 44

Pour un réglage précis des déposes automatiques

Le contrôle des déposes automatiques permet de mesurer plusieurs éléments afin d’évaluer l’homogénéité du réglage des déposes automatiques d’une installation de traite.Trois paramètres sont mesurés lors du contrôle des déposes automatiques :- la temporisation initiale pour éviter les déposes prématurées en début de traite. Les temps doivent être homogènes sur une installation de traite. Ils sont généralement compris entre 70 et 150 secondes ;- la durée du cycle de dépose pour contrôler l’homogénéité des débits de fin de traite de tous les postes. Elle est réalisée au moyen d'un simulateur de fin de traite (SFT).Le cycle de mesure commence par une phase de 45 secondes pendant laquelle un débit de liquide de 900 cm3/mn est envoyé par le SFT dans le capteur de débit de lait du système de déposes automatiques monté sur l'installation de traite. A la fin de cette période de 45 secondes, le débit de liquide envoyé par le SFT va diminuer de 100 cm3 toutes les 20 secondes jusqu'à l'activation de la dépose. A ce moment là, le SFT indiquera la durée du cycle de contrôle de la dépose et le débit de liquide correspondant envoyé au moment de la dépose du faisceau trayeur ;- le niveau de vide résiduel dans la griffe pour une dépose en douceur.Cette mesure permet de vérifier que le niveau de vide dans le manchon trayeur est suffisamment bas lors du retrait provoqué par la traction du vérin pour éviter “l'arrachage”.Une fois ces trois paramètres mesurés, le technicien réalisant le contrôle évalue l’homogénéité du réglage des systèmes de décrochage automatique des faisceaux trayeurs.La fiche de contrôle sur laquelle sont reportés les résultats permet de porter un jugement  global, de mettre en évidence les éventuelles anomalies de fonctionnement et surtout les mesures à prendre pour les corriger.

- © CA 50

Des résultats convaincants

En 2011, au niveau national, un recensement des contrôles de déposes automatiques a permis d'analyser 1 084 résultats de contrôles. Un chiffre en augmentation car il ne concernait que 882 installations en 2010.Concernant la temporisation initiale, peu de défauts ont été constatés et ils concernent en général des installations où il y a eu un changement de carte sur un  ou plusieurs postes avec un réglage qui n'a pas été remis identique aux autres postes.En ce qui concerne la durée du cycle, près d'une installation sur deux présentait un ou plusieurs postes avec des différences importantes (+ ou - 20 secondes par rapport au réglage moyen de l’installation) et 15 % des installations avaient au moins 3 postes jugés non satisfaisants. Les défauts peuvent dus à :- des électrodes encrassées ;- des réglages différents au niveau des cartes ;- des membranes de coupure du vide défectueuses ;- des mauvais positionnements de la sonde ;- des sondes défectueuses ;- des problèmes de connexions au niveau des sondes ou des cartes…Une installation sur cinq présentait au moins un poste avec défaut de vide résiduel dans la griffe au moment de la dépose. Ces anomalies sont le plus souvent dues à des orifices calibrés des griffes obstrués ou à des débits d'air au niveau des vérins mal réglés.Les résultats des contrôles réalisés en 2011 concernaient pour la moitié d'entre eux des nouvelles installations, il est donc nécessaire de faire vérifier les déposes automatiques y compris les plus récentes, notamment dans le cadre d'un contrôle CERTITRAITE® (encadré).En Basse-Normandie, sur cette même année, 184 contrôles de déposes automatiques ont été réalisés, cela représentait 2 204 postes contrôlés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui