L'Agriculteur Normand 09 août 2012 à 10h46 | Par DAVID CREMONESI/CHAMBRE D’AGRICULTURE DU CALVADOS

Un projet de diversification ? - Pensez à l’accueil de camping-car

Avec une fréquentation importante des camping-cars en Normandie, les aires d’accueil à la ferme se développent sur le territoire. Elles apportent un complément de revenu et souvent un débouché supplémentaire pour les producteurs fermiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les aires d’accueil les plus prisées sont celles implantées dans un environnement naturel, au calme, sur un terrain plat et de préférence ombragé. (ca 14)
Les aires d’accueil les plus prisées sont celles implantées dans un environnement naturel, au calme, sur un terrain plat et de préférence ombragé. (ca 14) - © CA 14
En Normandie, on compte aujourd’hui près de 30 aires d’accueil des camping-cars à la ferme. Des exploitations se sont diversifiées en jouant la carte de l’agritourisme. La mise en place d’une aire d’accueil de camping-cars à la ferme est accessible et assure un complément de revenu à condition de faire les choses dans les règles.

Quel cadre choisir pour son aire d’accueil ?
Les aires d’accueil les plus prisées sont celles implantées dans un environnement naturel, au calme, sur un terrain plat et de préférence ombragé. Il faut choisir un endroit proche de l’exploitation, mais qui ne perturbe pas les activités agricoles. Notez également que la proximité des zones touristiques est un des principaux critères de choix pour les camping-caristes.

Quelle est la capacité d’accueil optimale ?
D’après le code de l’urbanisme, les aménagements accueillant jusqu’à 6 camping-cars sont soumis à une simple déclaration en mairie. Au-delà de 6 emplacements, une autorisation d’aménager et un classement préfectoral sont nécessaires. L’aire d’accueil est alors considérée comme un terrain de camping dont au maximum 10 % de la capacité pourra être affectée aux camping-cars. Il est donc préférable de se limiter à 6 emplacements pour simplifier les démarches et l’entretien de l’aire d’accueil. Chaque emplacement devra mesurer entre 30 et 40 m² (4,5 m x 8 m dans l’idéal).

Des services pour se différencier
Pour garantir le confort des clients, les propriétaires d’aire d’accueil de camping-cars en Normandie mettent en place des éclairages nocturnes, des tables de pique-nique, un barbecue, une aire de jeu. Ils peuvent également installer des vide-ordures, des bornes de tri sélectif et des prises électriques sur les emplacements. Des informations pratiques peuvent aussi être mises à disposition comme les numéros d’urgence, les sites à visiter, les activités et les services les plus proches.

Les conseils pratiques
- Prévoyez des voies assez larges pour faciliter les manœuvres.
- Sécurisez les abords de l’aire d’accueil pour les enfants.
- Réfléchissez bien à votre organisation (accueil, paiements, branchements électriques, durée du stationnement …) avant d’inaugurer votre installation.
- Mettez des panneaux de signalisation pour faciliter l’accès.
- Pensez à protéger vos canalisations du gel. Vous pourrez ainsi rester ouvert toute l’année.

Construire une aire de service
L’aménagement d'une simple aire de stationnement suffit généralement car les camping-cars disposent d’une autonomie de 3 jours avant de faire leur vidange. L'aménagement d’une aire de service n’est donc pas obligatoire. Mais pour construire ce type de structure, vous devez déposer un permis de construire si l’aire dépasse 20 m². Sinon, une déclaration de travaux suffira.
Les véhicules sont équipés de deux systèmes de collecte :
- les eaux grises : ce sont les eaux de douche et de vaisselle. Elles sont stockées sous le véhicule dans des réservoirs de 50 à 100 li-tres. La vidange s’effectue directement au sol, c’est pourquoi une aire bétonnée, avec des pentes orientées et une grille d’écoulement sont nécessaires ;
- les eaux noires : elles proviennent des toilettes et contiennent un additif chimique pour les décomposer et les désodoriser. La plupart des véhicules sont équipés de cuves portatives mais ces eaux peuvent aussi être
évacuées directement au sol. Le stockage se fait dans une cuve enterrée étanche, vidangée régulièrement par une entreprise spécialisée.
L’aire de service doit également être équipée d’un système de rinçage et d’approvisionnement en eau potable bien distincts. Un tuyau dédié à l’eau potable, dont disposent tous les camping-caristes, pourra s’adapter sur un robinet fileté de 20 x 27mm. Un deuxième robinet non fileté sera réservé au rinçage du matériel de vidange et garantira l’hygiène de la plate-forme.

Des réseaux nationaux pour se faire connaître à grande échelle
Bienvenue à la Ferme
Parmi ses nombreuses formules d'accueil, Bienvenue à la Ferme propose l’“accueil de camping-car” : aire de stationnement à la ferme avec ou sans aire de services (le stationnement et le service pouvant être facturés au client).
Découvrez la force d’un réseau en adhérant à Bienvenue à la ferme :
- bénéficier d’une marque nationale qui existe depuis plus de 20 ans, connue par plus d’un français sur deux, soutenue par les chambres d’agricultures et qui rassemble 6200 agriculteurs en France, dont 400 en Normandie ;
- être conseillé et bénéficier d’un suivi ;
- échanger, s’informer et se former ;
- promouvoir ses activités et améliorer sa rentabilité ;
- participer à des manifestations coordonnées par le réseau.
L’adhésion à cette marque, connue et reconnue, donne accès à des outils de signalisation et au référencement sur le site www.normandiealaferme.com

France Passion
Il s’agit d’une formule d’accueil initiée chez des viticulteurs, puis étendue aux producteurs fermiers. Les agriculteurs permettent aux vacanciers de stationner gratuitement sur les emplacements. En échange, les camping-caristes achètent des produits de l’exploitation. Chaque année, les 1 700 producteurs invitent les adhérents à venir passer une soirée sur leurs aires d’accueil. Pour plus de renseignements, visitez le site www.france-passion.com

Quels revenus pour cette activité ?
Le montant moyen de l’investissement pour une aire de service et une aire de stationnement clés en main est de 4 500 € mais la plupart des agriculteurs réalisent eux-mêmes une partie des travaux.
Selon la qualité de votre service, vous pourrez afficher un tarif entre 0 et 10 € par camping-car et par nuit. Sachant que la fréquentation moyenne par emplacement s’élève à 60 nuits dans l’année, le bénéfice brut serait environ de 2 000 € par année.
Bien entendu, la rentabilité de votre investissement dépendra des services que vous proposerez, de la fréquentation touristique de votre région et de la communication que vous mettrez en place autour de votre nouvelle activité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui