L'Agriculteur Normand 18 novembre 2015 à 08h00 | Par T.Guillemot

Un vrai tremplin pour se faire connaître

Manche Pomme de terre, installée à Créances, a misé sur la vente de pomme de terre sous vide, prête à l’emploi à destination des restaurateurs et des collectivités. Un créneau qui a le vent en poupe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SB

De formation maraîchère, Farrid Bennour a travaillé dans la restauration avant de changer de métier. Désormais, il est à la tête de Manche Pomme de terre qui fournit les restaurateurs du Nord-Cotentin en pomme de terre épluchée sous vide : frites, pomme de terre vapeur, cube pour rissolée, rondelle pour gratin, pomme de terre grenaille. Et en quelques mois, l’activité a pris de l’ampleur. “J’ai débuté dans un atelier de 22 m2 installé dans mon garage, une éplucheuse et un petit camion” raconte le chef d’entreprise. Il a commencé par embaucher une personne. Les locaux se sont trouvés trop petits rapidement. Et il a saisi l’opportunité d’une ancienne laverie de carottes à Créances pour installer une ligne de production, village de son enfance. Même s’il n’utilise pas les 1 400 m2 de ce bâtiment, il peut développer son activité. Ce qu’il fait petit à petit. La raison de son succès ? “Le direct” répond-il. “On ne fait que du direct”, assure-t-il. Et même si la chaine est mécanisée, Farrid Bennour s’est attardé à trouver le système qui permettait de se rapprocher le plus possible de la coupe manuelle grâce à des procédés artisanaux. Alors il transforme des pommes de terre provenant de deux maraîchers du Val de Saire. Et fin avril, il se rapproche de producteurs de Haute-Normandie. “Je travaille quatre variétés pour avoir une frite, un produit identique toute l’année et de qualité” indique-t-il. 

Se faire connaître
Cette progression d’activité a été marquée par son inscription à la plate forme Agrilocal. “C’est un boucher de Picauville qui m’a donné les coordonnées” se rappelle-t-il. Et très rapidement, les collectivités ont découvert ses produits. “Cela nous a ouvert des portes. C’est un vrai tremplin pour l’entreprise. Le produit n’était pas référencé auparavant”. Alors les ventes ont augmenté. Les deux producteurs Christian Cadel de Le Vicel et Vincent Le Loup de Gatteville-Phare ont suivi l’entrepreneur. Et désormais, ce n’est pas 350 tonnes qui lui sont fournies mais 700 tonnes pour l’année prochaine.

Pouvoir s’étendre
De cette expérience, Farrid Bennour va s’en servir pour étendre le procédé à tous les légumes. “Il nous faut trouver les producteurs pour proposer des carottes en rondelles, des courgettes en cube, des mélanges de soupe, cru sous vide et sans conservateur,” note le patron. Un projet dans lequel il investit 150 000 euros et qui nécessitera l’embauche de deux personnes. “C’est à nous de nous adapter en fonction de la demande. Par exemple, le mélange de soupe pourra être élaboré avec les chefs de cuisine,” indique-t-il. L’aventure se poursuit donc pour ce chef d’entreprise qui croit au produit local dans la restauration collective ou privée. D’ailleurs, la livraison qui reste une problématique pour un grand nombre de producteurs, ne l’est pas pour lui “parce que je m’appuie sur le circuit de livraison des restaurants”.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui