L'Agriculteur Normand 13 mars 2015 à 08h00 | Par Pour le Réseau AB des Chambres d’agriculture de Normandie

Une installation réussie, avec 40 truies bio !

Benoît Lion et Michel Chrétien sont installés sur une ferme de 40 truies, en système naisseur-engraisseur, sur 63 ha, dans le Perche. Particularité : les 63 ha sont en culture pour alimenter les porcs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un bâtiment d’engraissement adapté à la production porcine 
en AB.
Un bâtiment d’engraissement adapté à la production porcine en AB. - © CA 61

Un projet bio qui a permis une installation

Avant de s’installer en 2013, avec son oncle, installé en 1976, Benoît a suivi des études en production porcine et a été porcher dans un GAEC (non bio) qui comptait 200 truies, 200 ha, et un atelier de transformation. Quand Michel et Benoît se sont installés ensemble, ils ont cherché une nouvelle activité pour ramener un revenu supplémentaire. Leur rencontre avec Boris Jeanne, conseiller porcs bio d’Unebio, leur a permis de découvrir qu’une filière porcs bio se structurait en Normandie. Leur réflexion a fait son chemin…‘‘Nous avons alors fait une étude de conversion à l’AB avec Amandine Guimas, de la Chambre d’agriculture de l’Orne et Unebio, ce qui nous a rassurés. Même si le PDE (Plan de Développement Economique) montrait peu de marge de sécurité, on y a cru et on s’est lancé. Ce qui m’effrayait le plus à l’idée de me lancer en bio, c’était la valorisation de mes porcs en bio et techniquement, ça me paraissait compliqué. Aujourd’hui, nous ne regrettons pas notre choix de l’AB, qui n’est finalement pas plus technique : connaître le nom et les doses des produits phytosanitaires : ça s’est compliqué !’’.

Un post sevrage sur paille.
Un post sevrage sur paille. - © CA 61

40 truies pour 800 porcs produits

Les anciens bâtiments d’élevage, trop près des habitations voisines, n’ont pas pu être réadaptés pour accueillir les 40 truies et les 800 porcs produits par an. Un nouveau bâtiment, adapté au cahier des charges de l’AB, a donc été construit, plus à l’écart du village. Au global, le coût de l’installation (construction et équipement des bâtiments, achats des truies…) est revenu à 400 000 €. Cet investissement a permis de sécuriser l’installation de Benoît.Les animaux sont tous élevés sur paille et ont un accès plein air. La conduite en bande est similaire à la conduite conventionnelle, mais les porcelets doivent être sevrés à 42 jours. La conduite en 3 bandes permet de produire plus de 800 charcutiers par an.L’atout principal de la ferme : son lien au sol et sa Fabrique d’Aliment à la Ferme (FAF). Pour alimenter l’ensemble des animaux, la ferme dispose de 63 ha de cultures : féveroles, triticale-pois, maïs, orge et luzerne, en tête de rotation. Cette surface ne permet pas de couvrir la totalité des besoins des animaux : Benoît et Michel achètent donc une partie de leurs céréales bio.Les bâtiments sont équipés d’un système d’alimentation liquide (soupe), qui permet d’optimiser les résultats techniques (maîtrise du rationnement et de l’homogénéité des lots). Ce système est relié à une FAF composée de cellules de stockage et d’un broyeur-mélangeur. La FAF permet de réduire sensiblement le coût d’alimentation des porcs qui représente, chez eux, 60 à 65 % du coût de production (- 60 €/T avec la FAF).

- © GTE UNEBIO

Un prix de vente stable, à 3,44 €/kg

En 2014, les 40 truies Youna (mâle Piétrain) ont sevré 10,8 porcelets par portée. Les bons résultats techniques de la ferme et un prix de vente stable à 3,44 €/kg de carcasse (net éleveur) ont permis de pérenniser l’installation de Benoît. Sur le premier semestre de production, la marge sur coût alimentaire a été de 1 963 €/truie et par an (tableau 1).
Une filière structurée et des prix rémunérateursLa filière Unebio valorise la totalité des porcs de Benoît et Michel. Un an après l’installation de Benoit, le prix payé producteur est resté stable, ce qui est rassurant pour l’avenir. Unebio est une filière pilotée par des éleveurs et gérée par des professionnels de la viande bio. Basé à Alençon, Unebio valorise 12 000 porcs bio par an et poursuit son développement.


Contact : Amandine Guimas 02 33 31 49 92 Conseillère en AB, Chambre d’agriculture de l’Orneamandine.guimas@orne.chambagri.fr

A noter

Mardi 31 mars 2015, Normandie Viande Bio (partenaire d’Unebio) organise, dans le cadre de son assemblée générale, la visite d’une ferme en porcs bio. Rendez-vous à partir de 14 h au GAEC CV Gosselin à Fervaches (50) pour une visite d’exploitation et une présentation de la filière.


Vous avez un projet porcs bio (conversion à l’AB ou installation) ?

Unebio recrute ! N’hésitez pas à contacter Boris Jeanne, responsable de la filière porc d’Unebio (06 47 37 71 55) et à étudier votre projet avec le conseiller bio de votre Chambre d’agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui