L'Agriculteur Normand 03 février 2016 à 08h00 | Par T.Guillemot

Une recette et des hectares en progression à Cagny

La coopérative linière de Cagny (14) a tenu son assemblée générale le 22 janvier dernier. De bons chiffres sont sortis de terre à l’instar d’une recette moyenne à l’hectare de 3 724 € (récolte 2014 hors DPU) contre 3 198 € en 2013

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Nous surfons sur des crêtes grâce à un vent d’optimisme et je reconnais que la nature a bien fait les choses. Mais, qu’en aurait-il été d’une récolte semblable à 2014 avec 17 % de surfaces supplémentaires cette année en France ? Nous devons nous préparer à des moments plus difficiles. Des outils comme la gestion du report de pailles, la régulation des teillages en fonction de la demande, la maîtrise des surfaces sont autant de leviers que nous devrons collectivement manœuvrer. Je sais que les
« Nous surfons sur des crêtes grâce à un vent d’optimisme et je reconnais que la nature a bien fait les choses. Mais, qu’en aurait-il été d’une récolte semblable à 2014 avec 17 % de surfaces supplémentaires cette année en France ? Nous devons nous préparer à des moments plus difficiles. Des outils comme la gestion du report de pailles, la régulation des teillages en fonction de la demande, la maîtrise des surfaces sont autant de leviers que nous devrons collectivement manœuvrer. Je sais que les - © TG

Au titre de la récolte 2014, la coopérative linière de Cagny a teillé 1526 ha (1 507 ha provenant des adhérents et 19 ha en achat de paille). La transformation, achevée le 27 novembre dernier, a rendu son verdict avec un poids moyen à l’hectare de 73,41 qx soit 9,57 qx de plus que l’année précédente. Avec une retenue de teillage fixée à 825 €/h (soit 16,87 € par quintal de paille), la recette moyenne atteint 3 724 € en 2014 (hors DPU) contre 3198 € en 2013. Les 10 meilleures recettes moyennes se situant à 5 422 € et les plus basses à 1 667 €. « Cette récolte aura finalement été un bon cru grâce à la maitrise du risque de verse, compétences conjuguées de nos liniculteurs et de nos instituts techniques notamment Arvalis, quand il s’est agi d’être pertinent et rapide en mai autant dans les bulletins techniques que dans les applications au champ », a insisté Emmanuel Frimout, président de la coopérative linière de Cagny. 

Surfaces en hausse de 11 % en 2014 et de 9 % en 2015
Concernant le cru 2015, 1700 ha à teiller en hausse de 9 %, 200 ha ont déjà été travaillés. Les premiers résultats sont conformes aux prévisions avec 6 000 kg de paille/ha et 1 323 kg/ha de fibres longues. Les cadences seraient en léger recul à 4 700 kg/h.  « Il nous aura manqué quelques degrés et un peu de pluie pour avoir une récolte autre que relativement modeste en quantité. Les pluies de début juin sont arrivées trop tardivement pour bénéficier à nos linières, a résumé Emmanuel Frimout. Les températures caniculaires de fin juin ont littéralement cuit certaines parcelles implantées en sol plus superficiel obligeant à des arrachages précipités. Les pluies localisées de juillet ont contribué dans certains secteurs à un rouissage rapide de nappes peu épaisses. Certaines linières ont même été enroulées fin juillet. Août, avec des pluies qui ont pu éroder la patience de certains, nous a permis malgré tout de rentrer la grande majorité des lins avec un rouissage optimal ».

Investir en pensant à demain...
Dans un contexte de vents plutôt portants, la coopérative poursuit ses investissements. Deux nouveaux diviseurs, d’un montant de 75 000 €, ont été installés durant l’hiver. L’objectif est de diminuer les temps d’arrêt. L’outil s’est également équipé d’un aspirateur industriel qui non seulement diminue l’empoussièrement du teillage mais qui, en plus, dispose de la puissance nécessaire à l’aspiration des cailloux de la cave diminuant ainsi la pénibilité du port de charges. Par contre, le remplacement des tambours de teillage à l’identique a été abandonné. « Il s’avère que c’est impossible et que c’est vers le remplacement des teilleuses et du transport du lin que notre réflexion se porte. La nécessité d’avoir un outil moderne et performant, le constat d’un contexte optimiste, des taux bancaires peu élevés (...), tous ces éléments portent à cet investissement courant 2016».

... Tout en restant raisonnable
Si les dirigeants de Cagny entendent donner à leur coopérative les moyens industriels et humains à son développement pour jouer pleinement son rôle dans la filière, ils gardent la tête froide. « Il faut bien mesurer les opportunités qui s’offrent à nous mais aussi les freins qui nous contraignent afin de mieux les lever. Le marché s’accroit et notre structure doit être en mesure de répondre à cette demande. Une augmentation raisonnable des surfaces, dans une fourchette de 5 à 10 %, nous semble être le mieux à même de répondre aux besoins du marché », a-t-il été précisé. Reste que le conseil d’administration de la coopérative a ouvert le dossier « stratégie d’avenir ». La réflexion est en cours pour imaginer demain avec déjà quelques éléments de réponses. L’avenir ne se jouera sans doute pas en solo. On a parlé au cours de cette assemblée générale de synergies, de rapprochement, voire de fusion. Pas simple mais le pire serait de ne pas se projeter. A suivre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui