L'Agriculteur Normand 17 avril 2013 à 17h50 | Par V.Motin

Vincent Barbot, agriculteur à Sassy (Calvados) - “Un binage vaut toujours deux arrosages !”

Nous binons systématiquement les betteraves au stade recouvrement du rang. Nous avions une bineuse sur l’exploitation. Mais nous avons décidé de réinvestir dans un nouveau matériel en CUMA. Certains voisins n’en avaient pas, ou leur outil nécessitait deux personnes lors de l’utilisation”, explique Vincent Barbot.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

“Un binage vaut toujours deux arrosages !” © vm

Vincent Barbot. L’agriculteur a donc pris des parts dans la Cuma, mais il a également gardé son propre matériel. “Nous disposons ainsi de deux bineuses pour pouvoir intervenir au bon moment”.
L’année dernière, ce céréalier a également tenté le binage de ses tournesols. “Nous avions eu un problème de salissement à cause de la sécheresse. Les produits n’avaient pas bien fonctionné. Nous avons vraiment ressenti l’effet du binage. On dit toujours un binage vaut deux arrosages. C’est vrai : nous nous en rendons assez vite compte dans nos terres superficielles”.

Tentative de binage
sur colza
Vincent Barbot développe donc le binage sur son exploitation. “J’ai commencé à implanter du binage à 45 d’écartement qui correspond avec la bineuse”.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui