Aller au contenu principal

Marc Diab, Responsable technique et commercial du Lano (1) (Laboratoire Agronomique de Normandie)
1 500 euros dans votre fosse à lisier, pensez-y!

C'est le bon moment pour faire analyser vos lisiers. les explications du responsable technique du LANO.

Une fosse à lisier moyenne, c’est à ce jour une valeur financière de 1 500 e d’équivalent azote. Il faut donc se pencher sur la question dès maintenant car c’est le bon moment pour faire analyser la valeur agronomique de ses lisiers et fumiers. 
Une fosse à lisier moyenne, c’est à ce jour une valeur financière de 1 500 e d’équivalent azote. Il faut donc se pencher sur la question dès maintenant car c’est le bon moment pour faire analyser la valeur agronomique de ses lisiers et fumiers. 
© TG
Le Lano aujourd’hui, c’est quoi ?
C’est le Laboratoire Agronomique de Normandie créé par des agriculteurs au service des agriculteurs. Nous sommes une entreprise d’une dizaine de personnes qui réalise 30 000 analyses environ par an : 8 000 analyses de sols, 8 000 de fourrages, 7 000
de reliquats d’azote et 1 000 de fumiers et lisiers.

1 000 analyses de lisiers, c’est peu ?
C’est effectivement anormalement bas dans un contexte de pénurie d’engrais avec des prix qui s’emballent. Une fosse à lisier moyenne, c’est à ce jour une valeur financière d’au moins 1 500 e d’équivalent azote. Il faut donc se pencher sur la question dès maintenant car c’est le bon moment pour faire analyser la valeur agronomique de ses lisiers et fumiers. 

Mais tout cela a un prix ?
L’analyse n’est pas chère en soi mais elle s’inscrit dans une prestation globale. Pour un reliquat d’azote par exemple pour lequel il faut creuser à 90 cm, le coût du prélèvement, avec quad semi-automatisé, constitue l’opération la plus onéreuse. Nous cherchons d’ailleurs en permanence à comprimer les coûts au maximum.

Analyser c’est bien, mais ce qu’attend l’agriculteur, c’est un retour sur investissement ?
Pour ce qui concerne le reliquat azote ou l’analyse lisier, le calcul est simple. Il suffit de multiplier l’économie réalisée par un prix de marché.
Pour les analyses de fourrages, c’est un peu plus compliqué à appréhender mais les enjeux économiques sont conséquents. Les chiffres 2007 font apparaître 10 % d’écart de valeur alimentaire entre les maïs les plus riches et les maïs les plus pauvres. Au niveau du calcul de la ration et du coût de concentré final par litre de lait, ça change complètement la donne.

Votre activité est très saisonnière ?
C’est une difficulté que nous avons à gérer. Nos deux pointes de travail sont janvier/mars avec les reliquats et les fumiers et lisiers et septembre/décembre avec les ensilages et les terres. A contrario, nous subissons un creux violent au printemps mais nous assurons désormais l’analyse d’herbe. J’invite les éleveurs à franchir aussi ce cap dans quelques semaines.
Propos recueillis par Th. Guillemot
(1) Site AGORIAL
23, rue Auguste Grandin 50008 Saint-Lô cedex
Tél. 02 33 77 38 15
Fax. 02 33 77 38 17
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité