Aller au contenu principal

Blonde d'Aquitaine
10 bougies pour l’association

Cette race s’impose peu à peu en Manche grâce à sa rusticité et sa polyvalence.

Une race qui séduit de plus en plus d'éleveurs
Une race qui séduit de plus en plus d'éleveurs
© upra BA
La Blonde d’Aquitaine ? 26 000 élevages en France, 2 800 en contrôle de performances pour 80 000 vaches, 1 600 au Livre Généalogique pour 32 000 vaches. La Manche, elle, vient de souffler les 10 ans de l’association. En 2007, celle-ci compte une quarantaine d’adhérents qui ne ménage pas leurs efforts pour la promotion de la race. Très bon GMQ La Blonde séduit les éleveurs pour de multiples raisons dont le GMQ des mâles en finition qui atteint1500 g à 2 000 g/j . Les femelles en finition: 1 000 g/j. Quant aux poids de carcasse moyens, ils atteignent pour lestaurillons ( 17 mois): 420 kg; les vaches de réforme: 450 à 550 kg. Le Rendement abattage se situe) 65 à 70 % . Quant au pourcentage de viande nette il monte à 75 %. A noter que la Blonde d’Aquitaine possède le meilleur taux de vêlage facile des races à viande de grand format (94%). En outre, elle présente une grande faculté d'adaptation à des climats et régions variées comme la Manche. Au niveau du schéma de sélection, c’estune race polyvalente qui permet tous les types de production : veaux de boucherie, jeunes bovins, veaux sous la mère, broutards, génisses de boucherie, vaches de réforme, boeufs, et ceci soit en race pure, soit en croisement. Pour répondre à cette demande variée, le programme collectif de sélection comprend deux volets : un volet croisement et un volet race pure. Ce dernier est à son tour divisé en deux parties: aptitudes bouchères et qualités maternelles. Quel que soit le volet considéré, le principe est le même: sélection sur ascendance (accouplements raisonnés), sélection sur performances individuelles en station, et pour les meilleurs, sélection sur descendance en station. Par ailleurs, ce programme collectif est complété par une évaluation de taureaux de monte naturelle en ferme par connexion, sur la production de veaux sevrés. Ainsi,la race est en mesure de présenter une palette de géniteurs répondant aux besoins des éleveurs quel que soit leur type de production. Il existe également une Station Nationale (sise à Casteljaloux - 47) d'évaluation et de qualification des jeunes mâles destinés à la monte naturelle. Trois ventes aux enchères y sont organisées chaque année (février, avril et octobre).Visite d’exploitation Lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée le 23 février à Virey, non loin de Saint-Hilaire du Harcouët, les éleveurs présents ont pu visiter l’exploitation de Rémi Dobaire. Salarié pendant 25 ans de la laiterie Préval, notre homme a préféré l’installation à la mutation professionnelle. En 2001, c’est le départ de l’aventure sur une exploitation de 20 ha. En 2007, il obtient 30 droits à prime, soit 20 vaches allaitantes. Rémi Dobaire l’avoue, il a été séduit par les qualités bouchères, la couleur de la robe et la finesse de la Blonde d’Aquitaine. Côté alimentation, c’est simple : herbe pâturée en ration estivale; paille, foin, enrubannage et du concentré en mélange (pulpe, tourteaux, luzerne) allant de 3 à 5 kg par jour. Conscient de l’importante du suivi de ses vaches, Rémi Dobaire est adhérent de Bovins Corissance depuis janvier 2002. “Sur la dernière campagne 2005/2006, 16 vêlages ont eu lieu avec 94% d’IA. J’ai notamment utilisé Iholdy, Léo, Landais, Malinois et Nielsen”. Les vêlages sont étalés toute l’année, 90% des animaux sont inséminés par Agire/Amelis. Les veaux, eux, ont à leur disposition un nourrisseur avec un aliment “Bufflo/Broutards” à volonté. Dernier point, la commercialisation : 2 à 3 femelles sont vendues par an, les broutards partent à 7 mois. L’élevage Rémi Dobaire a permis à la Blonde d’Aquitaine Manchoise de se faire connaître avec une multitude de prix, notamment aux concours de Saint-Hilaire ainsi qu’à l’interrégional de Montereau (2003) avec un pre
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité