Aller au contenu principal

“Puces Tracteurs” ce dimanche à Tinchebray (61)
1955, la Jeep agricole : le tracteur des herbagers

Rendez-vous à Tinchebray (61), dimanche prochain, pour la deuxième édition des “Puces Tracteurs”. Vous (re) découvrirez notamment une Jeep agricole française (équipée d’une barre de coupe et d’une prise de force) qui, vers 1955, “jazzait” et faisait jaser le bocage normand.

Agriculteur retraité à St-Quentin-Les-Chardonnets (61), Claude Cailly avoue un péché mignon. “Je suis depuis toujours un accumulateur de vieilles ferrailles”. Ferrailles mais pas ferrailleur ! Dans son atelier où de vieux serviteurs de l’agriculture retrouvent leur âme originelle, chaque outil a sa place.
Sous la remise et hors portée de vue de Madame, quelques pièces de premier choix. Entre un Deutz de 1952, “50 ch: un gros tracteur de plaine à l’époque”, et un petit gris vigneron, c’est une autre perle rare qui attire l’attention. La Jeep agricole française, une production Hotchkiss sous licence Willys, sera une des attractions de ce rendez-vous dominical ornais qui réunira plus d’une centaine de vieux tracteurs.
Claude Cailly montre un attachement quasi filial à ce véhicule. Et pour cause ! C’est son père qui l’a acheté, neuf, en 1955. Il a déboursé non loin du million de francs de l’époque. Le prix de 7 à 8 amouillantes, selon nos estimations.

Le prix de 7 à 8 amouillantes
Enfant, Claude se souvient s’être endormi un beau soir d’été sur le siège passager alors que son père fauchait l’herbe. Polyvalence, la botte secrète de l’engin. La Hotchkiss-Brandt, notamment version JH-101, offrait un usage multifonctionnel. “4 véhicules en 1 : tracteur routier, tracteur agricole, camionnette et véhicule de liaison. Une rentabilité certaine”, vantait la publicité, pardon la “réclame”, de l’époque. Claude confirme : “c’était révolutionnaire”. Chez les Cailly d’ailleurs alors, point de tracteur. La Jeep faisait tout : faucher, labourer, herser, faner... Elle s’est même payée le luxe d’un voyage à Paris pour y livrer un fourneau. Elle répondait aux besoins d’une ferme herbagère dont le patron faisait commerce d’animaux. Peu de terres labourables mais beaucoup d’herbages disséminés avec, presqu’au quotidien, des animaux à transporter. Puissante avec ses 13 ch, bien plus rapide (avec ses 3 vitesses sous 4 rapports) sur les routes qu’un tracteur , jamais en panne..., elle a œuvré jusqu’en 1975.
Le concept n’a cependant guère essaimé dans les campagnes. Au fil des retournements d’herbages, le tracteur spécialisé et toujours plus puissant s’est imposé dans le paysage face au charisme de ce sympathique hybride aux origines militaires. Quoique ? Le valet de ferme, dont le quad aujourd’hui, fait des émules. Un peu la Jeep des temps modernes. 
En attendant, allez la voir travailler à Tinchebray. Presque 60 ans plus tard, elle est toujours aussi “révolutionnaire”.

Un Mc Cormick vigneron de 1957

Joël Briard sera également de la fête. Il proposera entre autre au public la découverte d’un Mc Cormick vigneron de 1957 refait à neuf. C’est un des traits de caractère de cet agriculteur en retraite de Tinchebray. Quand certains collectionneurs se contentent d’une remise en état à minima, lui pousse la perfection jusque dans le choix de la nuance de la peinture d’origine. Une passion qui lui coûte du temps “mais aussi de l’argent”, avoue-t-il. Un investissement cependant. Sous son hangar, un Farmall de 1959 et un Renault de 1961 tout aussi rutilants. On a voulu lui racheter au prix fort. Joël n’a pas cédé aux sirènes. Son plaisir, c’est de se balader de temps en temps sur les routes du bocage au volant de ses vieux coucous qui n’ont quasiment aucune ride.

Un Farmall de 1954 à gagner
A cette occasion, une tombola est organisée avec, pour premier prix, un tracteur Mc Cormick Farmall Super FCC de 1954. “Etat quasi neuf, il tourne comme une horloge”, commente sans rire Eric Levardon, président de l’association “Les villages tinchebrayens”. Valeur appoximative de ce tracteur essence : 2 000 e

En pratique

Deuxième édition des “Puces Tracteurs” de Tinchebray dimanche 4 septembre à partir de 6 h. Pièces, accessoires, expositions de tracteurs de plus de 25 ans. Nombreuses animations (Marcel Pitou et les P’tits Commis) et une tombola avec un tracteur des années 50 à gagner.
Parking gratuit. Entrée : 2 e. Renseignements et inscriptions : contact@lesvillagestinchebrayens.fr
Site : lesvillagestinchebrayens.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité