Aller au contenu principal

2 500 euros d’économies sur le tapis

« Dix-huit kg de soja par jour ou bien encore 6,5 t/an en moins ! ». Sylvain, producteur de lait dans le sud Manche, a fait ses comptes. Il économise 2500 euros par an grâce à un ensilage de luzerne qui garde toute ses feuilles.

A la tête d’un troupeau laitier d’une soixantaine de vaches, Sylvain Gautier (Romagny-50) est aussi luzerniculteur. Il en cultive 7 ha environ à raison d’une coupe toute les 4 semaines (jusqu’en octobre) pour un rendement moyen de 12 t/MS/ha. Un fourrage qui entre dans la ration des VL à hauteur de 3 kg de MS par jour. Sa méthode de travail est calée : fauchage à plat puis, deux jours plus tard, andainage et récolte pour arriver à 40 % de MS, « l’optimum », juge-t-il

5 points de protéine en plus
L’an dernier et pour la première fois, il a testé via son prestataire de services (l’ETA Quentin à Reffuveille-50) la technologie de l’andaineur à tapis.
Il a fait analyser ce fourrage par un autre prestataire de services (société Vitalac à Carnouët - 22). Le verdict est tombé sans appel : 25 points de protéines contre 20 points auparavant ! « Cela me permet d’économiser 18 kg de soja par jour ou bien encore 6,5 t/an, l’équivalent de 2500 euros par an », se réjouit notre éleveur calculette en main.
Mais d’où vient ce gain de 5 points de protéines ? « La luzerne a gardé toutes ses feuilles, a observé Sylvain. C’est à ce niveau que se trouve la richesse du fourrage ».

Fauche à plat et andainnage à tapis
Julie Froissard et Jean-Yves Quentin, gérants de l’entreprise éponyme, constituent la nouvelle génération d’entrepreneurs. Une génération qui reconsidère la chaine verte avec pour finalité « de ne pas se contenter de remplir le silo d’herbe mais de le remplir par une herbe de qualité ».
Et cela commence par une fauche à plat pour un meilleur séchage car concentrer 9 à 12 mètres linéraires de fourrage en un seul andain volumineux au cul de la faucheuse va faire varier le taux de MS du cœur à la périphérie de l’andain. « Ça chauffe à l’intérieur pendant que ça sèche à l’extérieur ». La fauche à plat permet bien souvent de s’affranchir du fanage qui a tendance à souiller le fourrage en terre et corps étrangers .

Du matériel haut de gamme
Ainsi à cette fauche à plat, l’ETA Quentin associe un andainnage à tapis tout en douceur qui respecte la qualité du fourrage. Pas de terre, pas de corps étrangers,  un fourrage qui garde toutes ses feuilles, des aindains à géométrie variable (droite, gauche, central, séquençable ou pas)... « Un intérêt flagrant en luzerne mais qui se justifie aussi pour les ray-grass et prairies naturelles, plaident Julie et Jean-Yves, avec, en terme de débit de chantier, un gain de temps indéniable».
L’ETA Quentin a fait le choix de la marque ROC, modèle RT 870 en l’occurence, « du haut de gamme en la matière, » revendiquent nos jeunes entrepreneurs. La marque italienne est présente sur le marché français depuis plusieurs années. Au départ, elle était conçue pour les usines de déhydratation de luzerne.
Aujourd’hui, le concept s’est démocratisé et trouve sa place dans une approche très pointue de la culture et de la récolte de l’herbe.

Entreprises équipées avec des andaineurs à tapis ROC et adhérentes d’EDT Normandie
Calvados
Sarl LE BOEUF - La Caine - 02 31 79 77 91
Sarl MACE - Fontaine le Pin - 06 66 21 58 31

Manche
Sarl QUENTIN - Reffuveille - 02 33 48 96 68
Orne
Sarl GAUQUELIN - Briouze - 02 33 66 20 62
Sarl LELOUP - La Gonfrière - 02 33 34 91 06
ETA LOTTIN Eric - Villedieu les Bailleul - 02 33 67 42 29

 

Orne
Sarl GAUQUELIN - Briouze - 02 33 66 20 62
Sarl LELOUP - La Gonfrière - 02 33 34 91 06
ETA LOTTIN Eric - Villedieu les Bailleul - 02 33 67 42 29

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité