Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

24 animaux normands aux enchères

C’est sur l’exploitation de Laurent Buin, installé à Saint-Martin-des-Pezerits, que la prochaine vente aux enchères de Normandes aura lieu. Organisée par l’association Normande 61 et Origenplus, elle proposera 24 animaux.

© SB


llll Laurent Buin, administrateur de Normande 61, fera partie des éleveurs qui proposeront des animaux à la vente aux enchères le 29 juin prochain. Son exploitation sera le théâtre de ce rendez-vous attendu par les passionnés de génétique. Au programme, quatre souches issues de son exploitation seront dans un premier temps présentées, à savoir la souche Absinthe, Elisabete, Imousse et Homelette au travers d’une douzaine d’animaux. Suivra ensuite la vente aux enchères de 24 vaches et génisses issues de différents élevages de la région.

Des souches intéressantes
Parmi ces animaux, quatre vaches et deux génisses proviennent du propriétaire des lieux. Jalebert, une jeune vache en première lactation, est issue d’une souche bien présente sur le site, Absinthe. « C’est sa petite-fille. Elle est en 8e lactation, et j’ai eu sept femelles ! » explique Laurent Buin. Cette vache sera d’ailleurs présentée en préambule de la vente. Sur son exploitation qui comprend 75 vaches laitières, l’éleveur compte plusieurs animaux primés. Les plaques à l’entrée de la stabulation le démontrent. « Il y a toujours eu de la génétique sur l’exploitation ». Ce qui a conduit la famille Buin à aller confronter les rings des différents concours de la plus petite échelle au national voire international. En effet, « j’ai eu la chance d’aller au Space à Rennes, au National à Saint-Brieuc, à Neufchâtel, au Salon de l’agriculture à Paris » se réjouit l’exploitant qui se dit avoir « l’âme plutôt d’un éleveur que d’un céréalier ».

Producteur AOP
Aujourd’hui, à la tête de la ferme familiale qui s’étend sur 105 ha, Laurent Buin mise sur la qualité. Avec un cheptel 100 % normandes, il est un des nouveaux producteurs laitiers AOP de Normandie. Le cahier des charges des fromages AOP oblige au moins 50 % de vaches normandes. Laurent Buin a saisi l’opportunité depuis le 1er juin tout comme une dizaine d’éleveurs de la région. Et au bout du compte, c’est une valorisation de 50 €/1 000 l qui est attendue. « Il y a des contraintes sanitaires supplémentaires. Mais c’est une satisfaction de pouvoir participer à un produit fini » note l’éleveur, préoccupé par la valorisation. C’est le cas aussi dans la production de veaux gras, une quinzaine vendue en partie en vente directe ou à la Charentonne, une dizaine de bœufs traditionnels et quelques culards normands. « Les débouchés sont intéressants. Il faut arriver à valoriser. C’est bon pour toute la filière » conclut Laurent Buin.

Les jeunes collaborent
En attendant la première paie de lait, il accueille la journée Normande 61. Dès le week-end prochain, ce sont des jeunes de Normande Avenir qui commenceront à préparer les animaux. Un exercice grandeur nature pour ces jeunes, animés aussi par la passion de l’élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité