Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Consommation
2,4 litres de fioul et 42 minutes par jour pour alimenter 110 vaches laitières

Deux à trois litres de fioul par jour pour soigner une centaine d’UGB (Unité Gros Bovin), tel est l’objectif que vous devez viser.

Lors de son installation, Freddy Lecomte (GAEC de Calloville) à St-Martin-de-Vareville/50) aurait aimé disposer d’une belle désileuse/mélangeuse. Mais, plus particulièrement au démarrage, il faut savoir maîtriser ses investissements. Il a donc opté pour la solution économique : une remorque distributrice de 14 m3 (12 000 e environ) chargée au godet (2 mètres pour 1 000 litres monté sur un John Deere 640A). Un choix judicieux à posteriori. Le troupeau de 110 Montbéliardes affiche de belles performances techniques. Côté organisation du travail, il lui faut “top chrono” moins de 3/4 d’heure pour l’affourager. Reste la consommation de fioul : 2,4 litres par jour. Un quasi record de sobriété. 


Réunir des conditions favorables

Freddy Lecomte n’est pas un obsédé de l’économie de fioul. Consommer moins ne figurait pas nécessairement sur sa feuille de route. C’est plutôt la conséquence de son organisation de travail. La rationalité est en effet un de ses traits de caractère. Rationalité qu’il conjugue avec simplicité pour aboutir à une efficacité certaine. 

Prenons l’exemple de la ration, deux aliments de base seulement : maïs + betteraves en couches successives auxquelles il ajoute le concentré. Tous ces composants sont stockés dans un rayon de 30 mètres limitant ainsi les déplacements gourmands en fioul, en temps et en usure de matériel. Autre élément contribuant à une faible consommation, le tracteur qui travaille au ralenti avec peu d’accélération grâce à un bon débit d’huile (au moins 60 l/mn). 

En segmentant les différentes phases, on enregistre 25 mn pour charger, 6 mn 30 pour distribuer et 10 mn 30 de déplacement et attelage/dételage. 


Peut encore mieux faire

“Mais peut encore mieux faire”, assure Christian Savary, spécialiste machinisme à la Chambre d’Agriculture de la Manche. Pas tant au niveau de la consommation de fioul mais quelques minutes sont encore à grignoter.  “Le volume de la remorque est un peu juste. Il y a donc nécessité d’étaler le fourrage et de le tasser en fin de remplissage”. Autre facteur limitant, Freddy n’utilise qu’un seul tracteur. Il perd donc 8 mn à atteler et dételer. 

Ce serait donc plus rapide avec deux tracteurs et pas plus coûteux. Pas plus coûteux à condition que le tracteur attelé à la remorque distributrice soit éteint pendant le remplissage (25 mn au GAEC de Calloville). Ce qui n’est pas toujours le cas. 

Mais avec une remorque mélangeuse, il faut bien lui laisser le temps de mélanger ! “Oui, confirme Christian Savary, mais généralement le temps nécessaire pour aller du lieu de chargement à celui de la distibution suffit à obtenir un brassage efficace”.  


Christian Savary, conseiller machinisme (Chambre d’Agriculture de la Manche)

Comment contrôler votre consommation ?

Si vous disposez d’un compteur sur votre cuve à fioul.

1. Faites le plein avant de partir en positionnant l’orifice de remplissage vers le haut pour ne pas emprisonner une bulle d’air. Pour un remplissage complet, n’hésitez pas à “secouer” le tracteur et à le démarrer avant de compléter.

2. Notez l’heure de démarrage (montre ou compteur si ce dernier comptabilise les heures réelles).

3. Réalisez le travail prévu en notant éventuellement les temps de déplacement et les phases d’arrêt.

4. Notez l’heure de fin de chantier afin de refaire le plein avec précaution.

Vous pouvez ainsi calculer la consommation moyenne horaire, la consommation/volume de travail réalisé (ha, voyages, balles...) et comparer avec les objectifs. 

 

Si votre tracteur est équipé d’un indicateur de consommation.

Vous visualisez au minimum la consommation horaire instantanée.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité