Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Crédit Agricole Normandie
+ 2,5 % de crédit à l’agriculture

A ceux qui, en ces temps de crise, reprochent aux banques une certaine frilosité, le Crédit Agricole Normandie répond : + 2,5 % de crédits à l’agriculture

Nicole Gourmelon et Daniel Epron. Le Crédit Agricole Normandie a ouvert depuis un an son sociétariat à chacun de ses clients en leur donnant la possibilité d’acheter des parts sociales de l’entreprise. “Etre sociétaire, c’est partager nos valeurs, c’est être acteur de sa banque, avoir voix au chapitre”.
Nicole Gourmelon et Daniel Epron. Le Crédit Agricole Normandie a ouvert depuis un an son sociétariat à chacun de ses clients en leur donnant la possibilité d’acheter des parts sociales de l’entreprise. “Etre sociétaire, c’est partager nos valeurs, c’est être acteur de sa banque, avoir voix au chapitre”.
© TG
Et cette progression, c’est plutôt une bonne nouvelle pour la ferme régionale. Elle signifie que les agriculteurs bas-normand investissent et croient en leur avenir. Le Crédit Agricole Normandie, qui a réuni vendredi dernier en son siège flambant neuf ses sociétaires, est d’ailleurs la première caisse régionale de France concernant les prêts Agilor (financement de matériels). On a donc retrouvé, en en 2011, le sourire dans les campagnes. Sourire retouvé aussi en partie chez les jeunes puisque la Banque Verte a accompagné 173 installations en 2011. 

7 ME de crédit chaque jour
Bien sûr, ces 408 Me de crédit à l’agriculture ne sont qu’une composante des 2 Mrde de crédits globaux injectés en 2011 dans l’économie locale. Une enveloppe qui a permis de financer 10 000 projets d’habitat, 8 900 véhicules ou bien encore 1 600 projets d’économie d’énergie. “Nos réalisations de crédit en progression de 1,6% démontrent que, malgré le contexte de crise, nous avons une volonté intacte d’accompagner tous nos clients dans la réalisation de leurs projets. Notre niveau de fonds propres, bien supérieur à l’exigence réglementaire, témoigne de notre solvabilité”, se satisfait Nicole Gourmelon, aux commandes de la banque régionale depuis 15 mois.

Premier financeur de l’économie régionale
Avec un produit net bancaire (chiffre d’affaires) de près de 402 M€ et 84,5 M€ de résultat net (résultat qui intègre 17 M€ de dividende de Crédit Agricole SA) le Crédit Agricole Normandie conforte sa place de numéro un et son assise financière articulée en trois points clé. Tout d’abord des capitaux propres de plus d’1,5 Mr€ en augmentation de 5,1%; Ensuite, un ratio de solvabilité de 13,3% bien au-delà de l’exigence réglementaire établie à 8%. Enfin, des risques maîtrisés et un taux de créances douteuses de moins de 2%. “Ce qui compte plus que le résultat lui-même, c’est ce que nous en faisons. 90% est conservé sur notre territoire, de par notre statut coopératif. Nous croyons en la région et en son avenir. Pour preuve, notre implantation qui met à disposition de nos clients plus de 1 000 points de retrait d’argent en Basse-Normandie ou encore nos investissements qui atteignent 80 M€ depuis 2007”, conlut Daniel Epron, président.Des centres de décisions au cœur du territoire
Le Crédit Agricole Normandie est la seule banque disposant de l’ensemble de ses centres de décisions sur le territoire Bas-Normand. “C’est un vrai avantage pour nos clients”, revendique Nicole Gourmelon. “Nous décidons sur place, l’expertise est ici, au coeur de nos départements.” Un gain de temps appréciable pour quiconque attend une réponse à un financement par exemple. Du concret encore avec la création de CA Normandie Banque privée et ses 77 collaborateurs au service des clients patrimoniaux ou la création de CA Pro Direct, pôle expert dédié à la clientèle des professionnels et traitant 6000 appels par mois.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité