Aller au contenu principal

Covid-19
400% de hausse de vente de pommes de terre

La ferme du Val d’Odon, l’entreprise de pommes de terre de Christian Duchemin à Tourville-sur-Odon (14) a été « dévalisée» les trois premiers jours de la crise : « 400% de hausse », selon l’exploitant.

Christian Duchemin
© DB

Une semaine après (à date du 23 mars), « la demande est très soutenue, 150 à 200% ». Dès samedi 14 mars, les rallonges de commandes affluent jusqu’à 13h. Christian Duchemin prend alors la décision de fermer la vente directe et d’envoyer les clients vers l’épicerie voisine, qu’il livre. « Un partenariat gagnant-gagnant », se félicite-t-il. Aujourd’hui, il refuse des commandes. « L’usine tourne 20h/24h, en plaine, c’est 12 à 14 heures ». La quasi-totalité des 65 salariés est présente. « On essaie de donner des jours de congés, mais je ne veux pas embaucher pour éviter de faire entrer le virus ».

Température à l’entrée
Les mesures de sécurité mises en place sont drastiques : fermeture du magasin aux clients, prise de température en arrivant sur le site, gel hydroalcoolique, lingettes désinfectantes pour les véhicules partagés, déjeuners pris séparément, communication téléphonique privilégiée. Une situation « hyper stressante, admet l’exploitant, même si on essaie de ne pas transmettre le stress aux autres ». Un stress qui pourrait toutefois durer au-delà de l’épidémie : « il y a un déséquilibre du stock, on est en train de vendre notre mois de juin », révèle-t-il. Il s’organise pour planter dans une semaine « si les sols se réchauffent » pour récolter plus tôt.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité