Aller au contenu principal

Remplacements
588 salariés au service des agriculteurs

Prendre des congés ? Les agriculteurs y pensent de plus en plus et font appel à la FARM et ses 24 associations.

Rémy Villiers, “nous intervenons sur tous les domaines allant de la formation à la maladie en passant par les congés”.
Rémy Villiers, “nous intervenons sur tous les domaines allant de la formation à la maladie en passant par les congés”.
© E.C.
“Aujourd’hui, les agriculteurs ont envie de souffler. Certains qui ne prenaient jamais de vacances ont, en 2006, levé le pied”. Rémy Villiers, responsable de la fédération des associations de remplacement de la Manche, lance un chiffre pour étayer ses propos, “27302 heures ont été enregistrées en remplacementglobal, contre environ 25 000 sur 2005”. Depuis 33 ans Créée voilà 33 ans, la Farm surfe sur la demande des éleveurs. Mais, cette structure départementale, c’est avant tout une aventure sur le terrain avec 24 associations, 3164 exploitations adhérentes, 588 agents, dont 36 en CDI et 3221 contrats d’assurance remplacement. Maladie/accident, maternité, paternité, formation et mandat, congés ou encore, depuis peu, complément de main d’oeuvre, elle décline toute la gamme dans les plus brefs délais. “Un agriculteur qui se casse la jambe le matin peut être remplacé pour la traite du soir. D’ailleurs, les remplacements concernent à 95% l’élevage laitier. Mais depuis quelques années, nous intervenons aussi sur le hors-sol (légumes notamment) ou encore, récemment, les éleveurs-entraîneurs de chevaux”. Rémy Villiers, lui, a pour objectif de faire vivre le réseau en étudiant tous les aspects sociaux, juridiques, informatiques ou fiscaux. “Il est important de former ou encore d’installer les associations ou de se tenir au courant des partenariats au niveau régional et national; en fait mon travail s’assimile à de la logistique”.Remplacement à l’heure La Manche, troisième département de France pour son activité de remplacement emploie donc 588 salariés aux profils variés. “A noter que nous sommes encore un des seuls départements à faire du remplacement à l’heure. Quant aux salariés, cela va des “scolaires” (200) qui veulent se faire quelques euros aux employés en CDI avec des profils allant du BEPA à l’ingénieur. Nous avons aussi des exploitants possèdant une ferme ‘moyenne” qui peuvent faire quelques heures par semaine”. Concrètement, pour se faire remplacer, l’adhérent doit payer une cotisation à une association, faire une demande au responsable du planning acquitter tout ou partie des frais de remplacement. L’association, elle, trouve la personne, fait une déclaration à la MSA, établit le contrat de travail, le rémunère et lui donne les fiches de travail. “Il est important que l’adhérent donne au salarié des consignes écrites tout en validant et signant sa fiche”. Quant à l’agent, il travaille sous la responsabilité de l’exploitant et lui rend compte, à la fin de la mission du déroulement de celle-ci.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité