Aller au contenu principal

EMPLOI AGRICOLE
64 % de demandeurs en plus en région

Crise oblige, après le sursaut de 2012, le marché de l'emploi des cadres et des techniciens de l'agriculture et de l'agroalimentaire se dégrade en Normandie en 2013.

© (Gabriel Omnès)

Depuis le début de l'année 2013, l'Apecita (association pour l'emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de l'agriculture et de l'agroalimentaire) de Normandie, a enregistré une hausse de 64 % de demandeurs d'emploi, par rapport à 2012.
C'est ce qui ressortait des chiffres présentés mardi 22 octobre par Emmanuel Oblin, délégué régional de l'Apecita. Une présentation organisée dans le cadre de la troisième rencontre régionale de l'Apecita, co-organisée avec la Chambre régionale d'agriculture. Une session qui a réuni également des employeurs du secteur agricole et agroalimentaire de la région.

Tendance globale
Après un sursaut de redressement du marché en Normandie en 2012 (+ 10 % d'offres et - 11 % de demande), le marché se dégrade fortement en 2013.
Le déséquilibre offre-demande, renoue avec les niveaux constatés par l'Apecita en 2009, année de crise financière et de crise agricole. L'antenne normande de
l'Apecita n'est pas la seule à constater cette tendance que l'on retrouve globalement dans les autres antennes de France.
"Au moins à moyen terme, les perspectives du secteur agricole et agroalimentaire sont porteuses, notamment vu la dynamique de la démographie mondiale, nuance néanmoins Daniel Génissel, président de la Chambre régionale d'agriculture. Cela se voit déjà pour certains produits laitiers".

Des métiers en tension
D'ailleurs, certains métiers agricoles restent en tension malgré la crise, "avec des difficultés de recrutement, notamment dans le secteur des espaces verts, en production agricole et dans le domaine technico-commercial", pointe Emmanuel Oblin. Une responsable des ressources humaines du secteur bancaire note également "des difficultés à recruter des cadres et des employés qualifiés, dans certains lieux,
particulièrement dans certains endroits de la Manche".
Nicole Turbé-Suetens, experte internationale sur le télétravail, observe que "les jeunes sont très soucieux de leur qualité de vie. Au début de leur carrière, ils privil-légient les villes dynamiques.
En revanche, dès l'arrivée du deuxième enfant, ils quittent souvent la ville, notamment pour des raisons de coût".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité