Aller au contenu principal

75 % des installations se réalisent en société dans l’Orne

Éric Fleury est responsable « Renouvellement des générations » chez les Jeunes agriculteurs depuis près de quatre ans. Il dresse le bilan du forum qui a eu lieu début décembre et revient sur les attentes des cédants et des repreneurs.

Éric Fleury, 30 ans, est installé depuis six ans à Silly-en-Gouffern. Il s’est associé en Gaec avec un tiers, hors cadre familial, après y avoir travaillé pendant trois ans. DR
Éric Fleury, 30 ans, est installé depuis six ans à Silly-en-Gouffern. Il s’est associé en Gaec avec un tiers, hors cadre familial, après y avoir travaillé pendant trois ans. DR
© JP

>> Comment s’est déroulé le forum Transmission, à Gacé, mardi 5 décembre ?
Une trentaine de personnes y ont participé, des exploitants en âge de partir à la retraite et d’autres qui le pourront dans cinq ou six ans. La MSA, qui a envoyé les invitations au forum, avait ciblé les personnes âgées de 56 ans et plus.
Différents interlocuteurs étaient présents : la Chambre a parlé des démarches à entreprendre quand on réfléchit sur sa cessation d’activité, notamment quand on n’a pas de successeur ; le CER a abordé le côté fiscal, l’évaluation des biens ; la MSA a, elle, expliqué les démarches à suivre pour obtenir des trimestres supplémentaires selon le nombre d’enfants, le service militaire. Elle est aussi revenue sur l’âge légal de départ, les points retraite.


>> Quelles questions reviennent le plus souvent ?
Nous avons insisté sur les baux, les droits de succession pour un jeune de la famille ou un tiers, les bâtis sur sol d’autrui et l’âge de départ.

>> La façon de transmettre a-t-elle évolué depuis quelques années ?
La mentalité des cédants a changé. Les agriculteurs sont plus ouverts. Nous voyons aussi des cas où des propriétaires de terres souhaitent que le repreneur se convertisse en bio. Les exploitants en conventionnel sont désormais moins fermés à cette idée. Cela concerne une ferme sur dix ou sur quinze dans le département.

>> Et le nombre d’installations dans l’Orne ?
On compte 68 installations en 2017, contre 69 l’année dernière. Le chiffre reste stable. Concernant les aides, l’enveloppe des prêts bonifiés, qui n’était pas utilisée, est passée en 4e modulation de DJA pour rendre le dispositif plus attractif. Dans l’Orne, les jeunes touchent en moyenne 19 000 € de dotation. C’est un peu plus que dans les autres départements normands, car nous comptons les zones défavorisées où une majoration existe. À l’inverse, la conjoncture laitière est un frein à l’installation.

>> Quel est le profil des repreneurs ?
Les jeunes s’installent en moyenne à 28 ans. De plus en plus de jeunes valident un BTS aujourd’hui. Ils sont davantage techniciens que manuels. Je trouve que cela n’évolue pas forcément dans le bon sens, je suis partisan de l’ancienne école avec beaucoup de pratique.
En 2016, 75 % des installations se réalisent en société. Dont beaucoup produisent du lait. Les jeunes veulent avoir un week-end sur deux, des vacances, une vie de famille. Sur la même année, 33 % des repreneurs n’étaient pas issus du milieu agricole, et 35 % des reprises ont eu lieu hors cadre familial. J’insiste sur l’utilité du contrat de parrainage : il permet de travailler, pendant trois à douze mois, avec le futur associé, le cédant joue le rôle de tuteur. Cela permet de s’assurer que la reprise se passera bien, pour tout le monde. La Région finance le salaire du jeune.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité