Aller au contenu principal

800 tracteurs défendent l’élevage du Grand Ouest

Pas question pour les Manchois d’être absents dans la mobilisation du Grand-Ouest. Lundi dernier, ils étaient près de 400 à s’être déplacés à Laval en tracteur, voiture ou bus pour se faire entendre, et défendre une nouvelle fois leur revenu devant le siège de Lactalis installé à Laval.

9h, au lycée agricole de St-Hilaire du Harcouët, une dizaine de tracteurs attendait le coup d’envoi. Sébastien Amand et Jean-Hugues Lorault rappellent les objectifs de la journée. “Lactalis n’est pas le seul responsable. Mais ce déplacement est avant tout symbolique” explique le président de la FDSEA. “Il faut continuer à enfoncer le clou” ajoute-t-il, surtout après les déclarations de la FNIL (Fédération nationale des industries laitières), laissent planer un doute sur une revalorisation à 340 €/ 1 000 l. “On a besoin d’euros dans nos exploitations”.

Un rassemblement
de masse
Au fur et à mesure du parcours, de nouveaux tracteurs sont venus grossir les rangs jusqu’à Ernée, point de rencontre de tous les éleveurs de la Manche et du Nord Mayenne. D’ores et déjà, la participation annonçait un rassemblement de masse à Laval. Ce fut le cas. Mais auparavant, il aura fallu un peu de patience pour rejoindre le site de Lactalis. Les agriculteurs auront atteint le rassemblement vers 16 h après avoir participé à bloquer l’A81. Et sur les lieux, les éleveurs manchois affichent leur satisfaction. “Cette fois, on y est” sourit l’un d’entre eux. “Mais encore faut-il que cela serve à quelque chose” poursuit un de ses collègues apposant l’étiquette FDSEA/JA sur sa veste.

Près de 800 tracteurs
Pas question de baisser les bras, surtout face à la mobilisation des trois autres départements à savoir l’Ile-et-Vilaine, la Loire-Atlantique et la Mayenne. Au total, ce sont plus de 800 tracteurs qui étaient aux portes de l’entreprise laitière de Laval, et quelques milliers de personnes. “C’est impressionnant” confie une agricultrice, ravie d’être présente ce lundi.
Eleveurs de porcs, producteurs de lait, céréaliers, producteurs de fruits et légumes formaient cette famille du monde agricole. “On aime notre métier. Nous opposer, c’est détruire notre profession” martèle Philippe Jehan, président de la FDSEA de la Mayenne, lui aussi déterminé à aller jusqu’au bout, “et même jusqu’à Paris ou Bruxelles s’il le faut”.

Ne pas vendre du rêve
Ressortis des réunions avec les représentants de la grande distribution et des industriels, les responsables syndicaux des différents départements sont revenus face aux éleveurs pour rappeler l’intérêt d’une telle mobilisation. “Ce combat va durer des semaines” assure Sébastien Amand. Et pendant ce temps là, “on arrête de rembourser nos prêts” s’interroge un éleveur désabusé. “Je suis là pour vous dire la vérité, je ne suis pas là pour vous vendre du rêve” lui répond le président de la FDSEA.

Ne pas repartir à vide
Vers 18 h , les agriculteurs sont invités à rejoindre leur exploitation, cette fois-ci pas par l’autoroute mais par “les routes à lapins” ironise Philippe Jehan. Auparavant, il n’est pas contre que les agriculteurs, venus avec des bennes chargées, repartent à vide. Le message a tout de suite été entendu. Devant les grilles du géant Lactalis, numéro un mondial du secteur, les manifestants ont jeté les pneus et balles de paille contre les grilles métalliques avant d’y mettre le feu.
De nouvelles actions devraient avoir lieu après le 15 août.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité