Aller au contenu principal

Abattoirs AIM, grosses difficultés

L'inquiétude règne sur l'avenir des abattoirs industriels de la Manche (AIM), après la tenue d'un comité central d'entreprise. Le site de Sainte-Cécile, non loin de Villedieu-les-Poêles, le plus gros du groupe, emploie 373 salariés et sort 380 000 porcs charcutiers par an.

380 000 porcs sont abattus chaque année sur le site de Ste-Cécile (Manche). Les AIM ont été créés en 1956.
380 000 porcs sont abattus chaque année sur le site de Ste-Cécile (Manche). Les AIM ont été créés en 1956.
© ec

L'annonce a été pour le moins brutale, mardi 23 novembre. Les salaires des employés d'AIM (Ste-Cécile, Vire, Antrain), dont les actionnaires majoritaires sont les coopérateurs de CAP 50, ne seraient versés qu'en partie sur décembre.  Depuis quelques années, ce groupe a des problèmes de trésorerie récurrents. En 2013, la Région et le conseil général ont mis la main au portefeuille sous forme d'avance remboursable. A cette époque, même Bernard Cazeneuve, alors ministre du budget, intervient pour accélérer la mise en place d'une SEM (Société d'Économie Mixte).  Structure qui rachète dans la foulée les actifs immobiliers du groupe. Dans le même temps, les abattoirs bretons, spécialisés dans l'abattage du porc et sa transformation, sont aussi touchés par la concurrence allemande ou belge.


Jean-François Le Grand, président du conseil général de la Manche, joint par téléphone mardi après-midi, indiquait, " rien n'est perdu pour les AIM. Avec le conseil régional,nous avons une solution en vue". Un communiqué de la préfecture de la Manche annonçait de son côté, "Les causes de ces difficultés sont identifiées depuis plusieurs mois, et ce sont les atouts d'AIM qui ont conduit l'ensemble des acteurs territoriaux à se mobiliser pour accompagner le repositionnement de l'entreprise.L'outil d'abattage AIM adossé à une filière porcine de haute qualité et d'avenir, a toute sa pertinence et nous y croyons (ndlr : État, conseil général, conseil régional). Grâce à l'implication et à l'investissement des salariés, celui-ci a su rester performant".


Globalement, la plus grosse difficulté, accéléré dernièrement par l'embargo russe, vient d'un manque de valorisation des carcasses induisant un manque de trésorerie. Le dépôt de bilan, lui, semble inéluctable. Il permettrait de repartir sur de nouvelles bases en janvier prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité