Aller au contenu principal

Abattoirs AIM, grosses difficultés

L'inquiétude règne sur l'avenir des abattoirs industriels de la Manche (AIM), après la tenue d'un comité central d'entreprise. Le site de Sainte-Cécile, non loin de Villedieu-les-Poêles, le plus gros du groupe, emploie 373 salariés et sort 380 000 porcs charcutiers par an.

380 000 porcs sont abattus chaque année sur le site de Ste-Cécile (Manche). Les AIM ont été créés en 1956.
380 000 porcs sont abattus chaque année sur le site de Ste-Cécile (Manche). Les AIM ont été créés en 1956.
© ec

L'annonce a été pour le moins brutale, mardi 23 novembre. Les salaires des employés d'AIM (Ste-Cécile, Vire, Antrain), dont les actionnaires majoritaires sont les coopérateurs de CAP 50, ne seraient versés qu'en partie sur décembre.  Depuis quelques années, ce groupe a des problèmes de trésorerie récurrents. En 2013, la Région et le conseil général ont mis la main au portefeuille sous forme d'avance remboursable. A cette époque, même Bernard Cazeneuve, alors ministre du budget, intervient pour accélérer la mise en place d'une SEM (Société d'Économie Mixte).  Structure qui rachète dans la foulée les actifs immobiliers du groupe. Dans le même temps, les abattoirs bretons, spécialisés dans l'abattage du porc et sa transformation, sont aussi touchés par la concurrence allemande ou belge.


Jean-François Le Grand, président du conseil général de la Manche, joint par téléphone mardi après-midi, indiquait, " rien n'est perdu pour les AIM. Avec le conseil régional,nous avons une solution en vue". Un communiqué de la préfecture de la Manche annonçait de son côté, "Les causes de ces difficultés sont identifiées depuis plusieurs mois, et ce sont les atouts d'AIM qui ont conduit l'ensemble des acteurs territoriaux à se mobiliser pour accompagner le repositionnement de l'entreprise.L'outil d'abattage AIM adossé à une filière porcine de haute qualité et d'avenir, a toute sa pertinence et nous y croyons (ndlr : État, conseil général, conseil régional). Grâce à l'implication et à l'investissement des salariés, celui-ci a su rester performant".


Globalement, la plus grosse difficulté, accéléré dernièrement par l'embargo russe, vient d'un manque de valorisation des carcasses induisant un manque de trésorerie. Le dépôt de bilan, lui, semble inéluctable. Il permettrait de repartir sur de nouvelles bases en janvier prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité