Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Dans l’Orne : Régine, Ruben et Jean-Charles
Accueillir un tiers dans une société

Le départ d’un associé au sein d’un GAEC, ça se prépare.

Le départ d’un associé au sein d’un GAEC, ça se prépare. Un point de vue partagé par Régine Legeay, exploitante à Taillebois dans l’Orne, avec son fils et associé Ruben. Dès son installation en 2004, Ruben Legeay a intégré dans son esprit le départ en retraite de sa maman prévu en 2008.
Installer un tiers plutôt qu’embaucher
L’hypothèse du salariat et donc d’embaucher fut un moment évoquée. Elle n’a cependant pas résisté au temps : ni à celui de la réflexion ni à celui de la rencontre avec Jean-Charles Loret. BEPA puis Bac professionnel en poche, Jean-Charles a travaillé d’abord comme vacher de remplacement (c’est ainsi qu’il a mis les pieds pour la première fois sur l’exploitation Legeay) puis au sein d’un groupement de 4 employeurs. Ce petit-fils d’agriculteur mais fils de salarié s’est lui aussi posé la question de l’installation individuelle ou en société. Et s’il a privilégié la seconde, c’est sans doute qu’en croisant le chemin de Ruben, quelques atomes crochus se sont dévoilés. C’est à l’occasion d’une réunion technique chez un distributeur local que Ruben Legeay a évoqué pour la première fois le futur départ en retraite au sein du GAEC familial. Jean-Charles a commencé par venir donner le coup de main un samedi de temps en temps, puis parfois pendant ses congés.
Deux ans avant de mettre le pied à l’étrier
Il se sera passé deux ans avant que Jean-Charles ne mette le pied à l’étrier du contrat de parrainage, trois ans à celui de son installation définitive. Pas du temps perdu pour autant. Il a été mis à profit par le candidat pour se familiariser avec son éventuel futur environnement. Par Régine et Ruben à juger de leur capacité à s’adapter à une telle mutation qui consiste à passer d’un GAEC familial à un GAEC non familial. L’occasion de cogiter aussi sur une future organisation de travail. Une complémentarité naturelle s’est imposée. Même si les deux doivent être interchangeables au pied levé, Ruben c’est plutôt les cultures, Jean-Charles : la partie élevage. “Le contrat de parrainage permet de rassurer tout le monde”, reconnaît Odile Lesaule, conseillère à l’ADASEA de l’Orne. Restait pour mettre définitivement ce projet sur de bons rails “à faire quelques concessions pour leur faciliter l’installation”, admet Régine Legeay comme un départ en retraite anticipé.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité