Aller au contenu principal

Dans l’Orne : Régine, Ruben et Jean-Charles
Accueillir un tiers dans une société

Le départ d’un associé au sein d’un GAEC, ça se prépare.

Le départ d’un associé au sein d’un GAEC, ça se prépare. Un point de vue partagé par Régine Legeay, exploitante à Taillebois dans l’Orne, avec son fils et associé Ruben. Dès son installation en 2004, Ruben Legeay a intégré dans son esprit le départ en retraite de sa maman prévu en 2008.
Installer un tiers plutôt qu’embaucher
L’hypothèse du salariat et donc d’embaucher fut un moment évoquée. Elle n’a cependant pas résisté au temps : ni à celui de la réflexion ni à celui de la rencontre avec Jean-Charles Loret. BEPA puis Bac professionnel en poche, Jean-Charles a travaillé d’abord comme vacher de remplacement (c’est ainsi qu’il a mis les pieds pour la première fois sur l’exploitation Legeay) puis au sein d’un groupement de 4 employeurs. Ce petit-fils d’agriculteur mais fils de salarié s’est lui aussi posé la question de l’installation individuelle ou en société. Et s’il a privilégié la seconde, c’est sans doute qu’en croisant le chemin de Ruben, quelques atomes crochus se sont dévoilés. C’est à l’occasion d’une réunion technique chez un distributeur local que Ruben Legeay a évoqué pour la première fois le futur départ en retraite au sein du GAEC familial. Jean-Charles a commencé par venir donner le coup de main un samedi de temps en temps, puis parfois pendant ses congés.
Deux ans avant de mettre le pied à l’étrier
Il se sera passé deux ans avant que Jean-Charles ne mette le pied à l’étrier du contrat de parrainage, trois ans à celui de son installation définitive. Pas du temps perdu pour autant. Il a été mis à profit par le candidat pour se familiariser avec son éventuel futur environnement. Par Régine et Ruben à juger de leur capacité à s’adapter à une telle mutation qui consiste à passer d’un GAEC familial à un GAEC non familial. L’occasion de cogiter aussi sur une future organisation de travail. Une complémentarité naturelle s’est imposée. Même si les deux doivent être interchangeables au pied levé, Ruben c’est plutôt les cultures, Jean-Charles : la partie élevage. “Le contrat de parrainage permet de rassurer tout le monde”, reconnaît Odile Lesaule, conseillère à l’ADASEA de l’Orne. Restait pour mettre définitivement ce projet sur de bons rails “à faire quelques concessions pour leur faciliter l’installation”, admet Régine Legeay comme un départ en retraite anticipé.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
Publicité