Aller au contenu principal

MAIS
Achat de maïs sur pied : évaluer le prix

La détermination du prix de vente du maïs sur pied destiné à être récolté en fourrage par l’acheteur peut se faire avant la récolte. Le calcul repose sur le principe d’équivalence entre le produit de la vente du fourrage sur pied et le produit qui aurait été obtenu par le producteur avec la vente du grain.

© ARVALIS-INSTITUT DU VEGETAL

La méthode proposée ici n’est pas un barème officiel mais un guide de négociation qui permet aux deux parties d’estimer la transaction au prix le plus juste. Les frais de récolte sont à la charge de l’acheteur.


1re étape : estimer le rendement

L’estimation du rendement au champ se base sur le nombre de grains au m2. Les comptages de densité, du nombre d’épis par plante, du nombre de grains par épi, permettent l’estimation de ce nombre de grains au m2. Le comptage est possible dès trois semaines après la floraison femelle, et ce jusqu’à la récolte. Le rendement grain dépend aussi du poids de mille grains à la récolte accessible par la culture (entre 270 et 320 g/1 000 grains selon l’hybride, les conditions de végétation, le nombre de grains/m²). La grille d’estimation du rendement plante entière au stade récolte fourrage est le résultat de nombreuses années de pesées au champ, elle prend en compte le développement de l’appareil végétatif (voir tableau).Le nombre de grains par m2 est le premier facteur de variation du rendement. Il est nécessaire de rentrer dans la parcelle pour le calculer. Le seul examen de l’appareil végétatif peut être trompeur. Un fort développement n’est pas la garantie d’un bon niveau de rendement grain, surtout si l’alimentation hydrique de la parcelle est limitée. A l’inverse, un développement végétatif moyen peut “cacher” un nombre élevé de grains, surtout suite à des orages “bien placés” par rapport à la floraison. Le rendement plante entière déterminé par le nombre de grains par m2 est donc pondéré par le gabarit de l’appareil végétatif. Une estimation du rendement proche de la récolte est toujours préférable.Naturellement, on a une idée plus précise du rendement si la récolte fourrage est pesée et le taux de MS plante entière mesuré par analyse.


2e étape : évaluer le prix de la tonne de matière sèche sur pied

Il convient ensuite d’évaluer le produit brut par hectare qui correspond au prix payé au producteur (net de taxes et séchage) multiplié par le rendement. A ce produit brut, il faut ajouter une plus-value pour l’enlèvement des pailles (120 à 140 €/ha) et déduire les frais non engagés par le producteur-vendeur, à savoir la récolte et le broyage des pailles (150 à 180 €/hectare) ainsi que le transport (40 €/ha).Le prix du maïs grain payé au producteur n’est pas connu avec certitude aujourd’hui. Le montant des coûts liés à la récolte et de l’indemnité liée à l’enlèvement des pailles peuvent varier localement. Pour un plus juste prix, on aura donc intérêt à se fier à des références locales actualisées.Enfin, le vendeur aura intérêt à prendre en compte la qualité alimentaire du maïs qu’il vend, ce que l’acheteur ne manquera pas de vérifier. Un maïs riche en grain, entre 30 et 35 % MS plante entière, avec un appareil végétatif présentant des feuilles vertes se négociera à un prix plus élevé.

Exemple de calcul

Rendement estimé à 85 q/ha et un prix payé au producteur de 18 €/q (net de taxes et de séchage), le prix de la transaction est de :
(18 € x 85) + 130 - 170 - 40 = 1450 €/ha, soit 97 €/t de MS.
La qualité du produit peut être prise en compte dans le calcul. Dans ce cas de figure, un maïs ayant poussé dans de bonnes conditions, avec un bon rendement en grain, riche en amidon, et un appareil végétatif bien vert se négociera à 100 €/t MS. En revanche, un maïs pauvre en grain et/ou un appareil végétatif “fatigué” se négociera à moins de 94 €/t MS. Et selon le marché.On passe au prix /t de Matière Verte en divisant le prix de la tonne de MS par le taux de MS constaté ou mesuré. Dans l’exemple d’un maïs à 32 % de MS, le prix d’achat serait de 30 €/T de Matière Verte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité