Aller au contenu principal

Acupuncture : les vaches ne manquent pas de piquant

Dans le Calvados, des agriculteurs se mettent à l'acupuncture. Ils ne se piquent pas eux-mêmes, mais espèrent soigner leurs vaches grâce à cette médecine chinoise. La formation est dispensée par une vétérinaire manchoise et organisée par la Chambre départementale d'agriculture.

© VM

En connaissant quelques points stratégiques de sa vache, l'éleveur peut soigner ou soulager son animal. Il peut piquer ou agir avec une simple pression des doigts. Le but est de stimuler, par exemple, l'immunité. La méthode peut dérouter. Pourquoi mettre des aiguilles dans les membres postérieurs alors qu'une douleur est localisée sur l'avant de l'animal ? “C'est comme si j'appuyais sur un interrupteur, j'ai appris où se trouvaient des interrupteurs sur le corps pour allumer "la lumière" en nous. C'est comme les lumières dans certains couloirs, elles ont un minuteur et donc quand la lumière s’éteint, il faut appuyer à nouveau sur l'interrupteur”, explique Nayla Cherino-Parra, vétérinaire de formation et spécialisée dans les médecines alternatives. Pendant deux jours, dix éleveurs du Calvados ont suivi sa formation. Cette dernière nécessite d'accepter une autre philosophie de la médecine. “Traditionnellement en Chine, les médecins sont rémunérés tant que le patient est en bonne santé”. La maladie révèle un déséquilibre dans le corps. “Ce n’est plus un agent infectieux qui déclenche une pathologie”.  Objectif rééquilibrer les déséquilibres !

Gestion de l'énergie
Cependant, piquer ne reste pas un geste anodin. L'acupuncture est d'abord une question d'énergie. Un bon éleveur-acupuncteur débute sa journée par une douche énergétique. Pour les non-initiés, la scène semble ridicule. Avec des gestes précis, l'agriculteur élimine l'énergie négative. “La formation m'a permis de mieux comprendre les flux énergétiques. Je savais qu'ils existaient, mais ça les démystifie”, explique une agricultrice. Les vaches se révèlent sensibles à ces fluides, selon la vétérinaire. “Tous les éleveurs l'ont déjà vécu. Lorsqu'ils arrivent stressés ou énervés à la salle de traite, le comportement des vaches s'en ressent. Elles bousent ou retiennent leur lait. Les émotions des éleveurs se répercutent sur les animaux”.

Le test de la paille
et de la pomme de terre
Avant de piquer, les agriculteurs sont confrontés à eux-mêmes. Pour l'illustrer, un test bien particulier conclut la formation. Après la fameuse douche énergétique, les agriculteurs, armés d'une paille, tentent de transpercer une pomme de terre. Les plus septiques esquisseront un sourire. “Il ne faut pas avoir de barrières et savoir que c'est possible. Quand dans un groupe, une personne y parvient, d'autres y arrivent assez rapidement ensuite”, souligne Nayla Cherino-Parra. Lors des exercices pratiques, planter les aiguilles ne se révèle pas toujours aisé. L'acupuncteur doit prendre confiance. “Si l’éleveur a peur de piquer, l’aiguille ne rentrera pas dans le corps de l’animal”, insiste la vétérinaire.

20 points
Lors de la formation, les éleveurs ont appris une vingtaine de points pour relancer les mécanismes dans le corps. L’acupuncture permet donc de limiter les mammites, les infections ou boiteries.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité