Aller au contenu principal

Céréales
Adapter le traitement de semences au risque parcellaire

Le choix du traitement de semences doit se raisonner comme n’importe quel autre produit phytosanitaire : le produit retenu doit permettre de couvrir les risques réellement encourus à la parcelle.

Blé tendre

Pour les blés assolés la protection de base doit viser principalement les fusarioses et la carie. Les produits fongicides simples qui offrent une bonne protection contre ces deux maladies, garantissent une protection suffisante dans la grande majorité des cas avec un rapport coût/protection très satisfaisant. Les spécialités disponibles sont nombreuses : Celest Net, Redigo (ou Misol), Prelude FS + Premis 25 FS, Pallas, Vitavax 200 FF… Ces deux dernières spécialités présentent une action répulsive contre les oiseaux.

En cas d’infestation de la parcelle par la carie les années antérieures, on privilégiera les spécialités les plus efficaces, à base de triazole (éviter dans ce cas Pallas et Vitavax 200 FF).

A noter également, sur semences certifiées, la possibilité d’un traitement de semences à base de bactéries avec le produit Cerall. Ce traitement, autorisé en agriculture biologique, présente une activité intéressante vis-à-vis des fusarioses et de la carie. Son efficacité est toutefois inférieure à celle des références précitées.

En 2e paille, l’emploi du Latitude offre une protection vis-à-vis des attaques de piétin échaudage. Ce traitement, qui ne peut pas être employé deux années consécutives sur la même parcelle, présente une efficacité partielle (le gain de rendement oscille entre 3 à 9 q/ha selon les essais conduits en 2009 et 2010) et il ne contrôle pas l’intégralité des dégâts, notamment en cas de forte attaque. Ce produit n’offrant que la protection contre le piétin échaudage devra être associé à l’un des traitements cités ci-dessus pour compléter l’efficacité contre les fusarioses et carie. Pour lutter contre le piétin échaudage, combiner aussi toutes les techniques de lutte (rotation longue, élimination des repousses, contrôle des graminées adventices, semis retardé, protection des semences…).

Pour les semis les plus précoces, le Gaucho 350 (insecticide seul à associer à une protection fongicide) permet de lutter contre les pucerons vecteurs de la JNO (et les cicadelles vectrices de la maladie des pieds chétifs - ce ravageur absent de la plupart des secteurs de Basse-Normandie, peut concerner quelques zones de l’Orne). Cette protection présente une bonne efficacité, avec un coût supplémentaire d’une vingtaine d’euros par rapport au seul traitement fongicide.

Dans les parcelles subissant régulièrement des attaques de taupins (cas assez rare sur céréales à paille dans notre région), le recours à une protection insecticide de la semence est la seule solution envisageable. Les attaques observées en Basse-Normandie sont souvent des attaques de sortie d’hiver. On privilégiera donc pour ces situations le recours à l’Attack, plus persistant que le Gaucho 350.

Enfin l’emploi de Attack ou du Gaucho 350 et Ferial sont intéressants dans les parcelles régulièrement attaquées par des zabres (peu nombreuses dans notre région, mais quelques cas signalés dans l’Orne l’an dernier) notamment en fin d’été et d’automne très secs comme c’est le cas depuis 2 ans. Là aussi, reste à accompagner le traitement de semences de méthodes de lutte culturale pour diminuer le risque de voir s’installer le ravageur.

Orge d’hiver

Une protection de base (type Pallas) peut suffire en semis tardif si la semence utilisée est indemne de charbon nu ou d’helminthosporiose gramineum, deux maladies transmises uniquement par la semence. En production de semences ou pour des semis plus précoces, il est préférable de couvrir le risque contre ces deux maladies en employant des protections renforcées (Celest Orge Net, Prelude 20 FS + Premis 20 FS, …).

Pour les semis avant le 20-25 octobre, il est intéressant d’avoir recours au Gaucho Orge qui permet de contrôler les attaques de pucerons vecteurs de la JNO. Ce produit complet offre simultanément une bonne protection contre l’helminthosporiose et le charbon nu et se suffit donc à lui-même en production de semences.

Comme pour les blés, le recours à une association à base d’Attack pourra se justifier dans des parcelles régulièrement soumises à des attaques tardives de taupins.


Rappels réglementaires

Anthraquinone - Depuis le 15 juin 2010, suite à la non inscription de l’anthraquinone à l’annexe I, l’utilisation de semences traitées avec une spécialité contenant de l’anthraquinone est interdite (*). Pour retrouver une protection similaire, sans l’action répulsive corbeaux, il est alors nécessaire de recourir à d’autres spécialités, la plupart récemment homologuées, qui seront utilisées seules ou en  association afin de compléter les spectres d’activités.

 

Gaucho orge et Ferial orge - La non inscription à l’annexe I (Directive 91/414 CCE) de la substance active triazoxide conduit à un retrait des spécialités Gaucho orge et Ferial orge en contenant.

Le délai d’écoulement des stocks à la distribution court jusqu’au 28 février 2011 et le délai d’écoulement à l’utilisation jusqu’au 30 mai 2011. A l’automne 2010 et au printemps 2011, les semis d’orge pourront encore être réalisés avec des semences protégées par ces spécialités, mais ce seront les derniers.

(*) : hormis le cas particulier concernant l’écoulement de stocks résiduels de semences traitées, pour lesquels une dérogation a récemment été accordée, dans la limite des volumes spécifiés constitués avant le 15 juin 2010 (produits concernés : Austral Plus, Celest, Celest Gold et Celest Orge, Gaucho Blé, Sibutol A).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
MLC AG
La revanche de la coop sur le grand export
Mardi 8 septembre, les Maîtres Laitiers du Cotentin étaient réunis en assemblée générale. La coopérative annonce la négociation…
Publicité