Aller au contenu principal

AGRIAL : 7 millions d'euros investis dans les semences

Agrial a présenté les nouveaux investissements de sa station de semences, à Saint-Sylvain (14). La coopérative s'adapte à la demande : plus de variété, plus de conditionnements, le tout avec des délais plus courts.

Agrial est aujourd'hui le second producteur de semence français, avec 17 000 hectares. Pour y parvenir, l'entreprise dispose de trois sites. Sur celui de Saint-Sylvain, la coopérative investit 7 millions d'euros. Si la coopérative s'est récemment développée en aval, elle n'oublie pas l'amont des filières, selon Jean-Yves Duval, vice-président. "Nous sommes un groupe multispécialisé. Nous investissons aussi pour l'amont des filières. Nous voulons donner les moyens aux adhérents de se diversifier à travers une activité à forte valeur ajoutée. Nous disposons d'un savoir-faire. Essayons de le développer au maximum". 
La station doit également permettre de mettre des semences en quantité et en qualité à disposition des clients et adhérents. "Nous avions un problème de place. L'usine date de 1984 pour 40 000 qx. Fin 2012, nous avions produit 200 000 qx dans le même outil. Agrial a mis des chevaux sous le capot, mais n'élargissait pas le costume", explique Laurence Carré, responsable de la station de semence.

Toujours spécialisé dans les céréales à paille
Pour la prochaine campagne, le site travaillera 6 500 hectares. Soit la possibilité de produire environ 230 000 qx. Si besoin, l'outil affiche une capacité de 400 000 qx. "Nous sommes le seul site français spécialisé dans les céréales à paille. Nous avons aujourd'hui une station à dimension européenne".

S'adapter aux attentes du marché
Agrial doit répondre aux nouvelles attentes des agriculteurs. Ils souhaitent semer toujours plus tôt.  Le délai entre la fin de la récolte et le début du semis se raccourcit. "Il y a 10 ans, nous avions 18 à 20 semaines. Désormais, c'est 12 semaines au maximum. Avec certaines années pluvieuses, un outil performant est nécessaire". Le site dispose donc de 60 000 à 70 000 qx de capacité de stockage. Si les cellules se sont multipliées, elles sont aussi plus petites. "Là encore, nous nous sommes adaptés à la demande du marché. D'une heure à l'autre, nous pouvons changer de variété, de traitement ou de conditionnement. Il y a 10 ans, on pouvait produire la même variété pendant une semaine. Actuellement, nous avons plus de 80 références".

Capter la génétique
Sans investissements, la station de semences se serait aussi coupée d'opportunité génétique. L'outil est censé rassurer ou séduire les obtenteurs. "Nous voulons qu'ils nous confient leur meilleure génétique. Nous avons toutes les cartes en main pour bien faire notre métier et assurer une qualité", résume Laurence Carré.  Concrètement, Agrial espère également capter des droits à produire pour ses adhérents. La génétique s'associe alors au volume.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité