Aller au contenu principal
Font Size

Coopération
AGRIAL : 8 ME redistribués

Un exercice satisfaisant malgré une météo atypique et des coûts de production en hausse qui ont pénalisé les filières animales. Tel est le bilan dressé par les responsables de la coopérative AGRIAL lors de son assemblée générale qui s’est tenue vendredi dernier à Caen. Travaux qui ont acté également la redistribution de 8 Me sous formes de dividendes et ristournes.

Les réalisations 2011/2012 et les projets à venir confirment le rôle croissant d’AGRIAL dans la transformation. Une façon de conserver la plus-value et de fabriquer des droits à produire pour les adhérents.
Les réalisations 2011/2012 et les projets à venir confirment le rôle croissant d’AGRIAL dans la transformation. Une façon de conserver la plus-value et de fabriquer des droits à produire pour les adhérents.
© TG
Si AGRIAL est devenu un groupe agricole à vocation internationale, nous sommes d’abord un groupe de polyculture/élevage ancré sur son territoire (...). C’est l’économie qui doit toujours guider nos décisions”. Pour sa dernière allocution en tant que président, Gilbert Herpe a rappelé les fondamentaux de la politique suivie depuis 2000, année de la création de la coopérative. Une politique qui porte ses fruits avec de bons ratios financiers. Pour la première fois, la barre des 100 ME d’EBE a été franchie. Le résultat net du groupe atteint 38,4 ME, un autre record. Les investissements (68,5ME) caractérisent également une année riche en opérations de développement.

Acquérir des droits à produire
“Au cours de l'exercice 2011, le groupe a vu son organisation évoluer avec la création d'une branche lait qui prendra de l'ampleur en 2012” a souligné Ludovic Spiers, son directeur général. Le chiffre d'affaires a progressé de 20 % sur l'exercice 2011 à 2,71 milliards d'euros. “Cette progression est pour moitié liée à une croissance organique et pour une autre à la croissance externe notamment au travers de la fusion avec la coopérative Elle et Vire” a expliqué Ludovic Spiers. Le résultat net de la coopérative progresse en 2011 à 38,4 millions d'euros, contre 34,4 Me en 2010. La branche “amont” du groupe, qui comprend les activités d’agrofourniture, de nutrition animale, de collecte de céréales, de productions animales et de services, compte en 2011 pour 47 % du chiffre d'affaires. Attention cependant. Il ne s’agit pas de faire de la croissance à marche forcée. “Cette croissance doit apporter de la valeur ajoutée et surtout créer des droits à produire pour nos adhérents sur le territoire de notre coopérative”, a souligné Gilbert Herpe. Droits à produire dans le lait avec la création de Senagral et l’entrée au capital de Délicelait, dans le porc avec la reprise de Cosme et Maître Jacques, dans le cidre en franchissant l’Atlantique avec l’acquisition de Manzana (Californie/USA)... Sans oublier une nouvelle station semences et la future plate-forme logistique de Sarceaux (61). “Ces projets confirment le rôle croissant d’AGRIAL dans la transformation” se réjouissent les dirigeants avec un sourcing local. 

Gilbert Herpe remplit le Zénith
Pour la 3ème fois de son histoire, AGRIAL a tenu son assemblée générale au Zénith de Caen. Pour son dernier exercice officiel, Gilbert Herpe l’a rempli. Un témoignage de sympathie rendu par plusieurs milliers d’adhérents et d’invités et un grand moment d’émotion. “Une présidence normale assurée par un homme hors normes”, a insisté son successeur, le Sarthois Arnaud Degoulet . “Tu as fait preuve d’exemplarité dans l’exercice de tes fonctions. D’exigence dans la pratique de ton métier”. Autre trait de caractère souligné par ses paires : son sens de l’humour comme son plaisir àa évoquer haut et fort dans un métro parisien bondé la problématique du bien-être animal et de ses contraintes. Humour qu’il a encre manié vendredi dernier. Se souvenant de la fusion d’AGRALCO, de COOP CAN et d’ORCAL, Gilbert Herpe a lâché : “on l’a fait à l’ancienne. On s’est marié d’abord et on a couché après”. Mais derrière les mots, se cachent la sensibilité d’un personnage, son esprit prospectif et sa capacité à fédérer. De salarié à président, il a fait de la CASAM le moyeu d’une coopérative régionale d’abord, puis interrégionale avec des ramifications européennes et même désormais américaines. Comment passer à une telle dimension en gardant la proximité ? “Par un découpage en régions”, a-t-il expliqué en vieux sage qui n’a pas manqué au passage de souligner le travail qu’avait aussi accompli ses prédécesseurs et quelques compagnons de route trop tôt disparus.

 

Arnaud Degoulet   : agriculteur à Noyen-sur-Sarthe (72)
Arnaud Degoulet, le nouveau président d’AGRIAL, est âgé de 50 ans. Il est agriculteur à Noyen-sur-Sarthe (72) en production porcine. Il est installé sur une exploitation de 280 hectares, dont 250 hectares consacrés à la culture du maïs, avec un atelier de 380 truies en système naisseur-engraisseur. Ingénieur agronome, diplômé de l’ENSA de Rennes en 1983, Arnaud Degoulet a débuté sa carrière à l’Institut Technique des Céréales et Fourrages (ITCF), devenu Arvalis aujourd’hui. En 1987 il rejoint l’exploitation familiale (130 hectares) et s’installe en GAEC avec ses parents. Il débute l’activité d’engraissement de porcs en 1988, qu’il complète par le naissage en 1996. Arnaud Degoulet entre en 1989 au conseil d’administration de la coopérative agricole de la Sarthe (CADS), devenue Union Set en 2001. Il en est élu président en 2006. Vice-président d’Agrial suite à la fusion avec Union Set en 2009, il en devient viceprésident délégué en juin 2011. A l’échelon national, Arnaud Degoulet est membre du bureau de Coop de France et administrateur de l’union de coopératives In Vivo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité