Aller au contenu principal

Coopération
Agrial embarque Coralis et la Copafelc

C’est le 6 juin, jour anniversaire du débarquement en Normandie, que l’assemblée générale d’Agrial a entériné la fusion-absorption de la bretonne Coralis (coopérative laitière) et de la calvadosienne Copafelc (coopérative légumière).

Les dirigeants d’Agrial avec à la tribune Nicolas Marie, président 	de la Copafelc (à gauche) et Jean-Yves Rissel, président de Coralis (au premier plan).
Les dirigeants d’Agrial avec à la tribune Nicolas Marie, président de la Copafelc (à gauche) et Jean-Yves Rissel, président de Coralis (au premier plan).
© tg

C’est à l’unanimité et sous les applaudissements qu’ont été votées les fusions-absorptions des coopératives Coralis et Copafelc lors de l’assemblée générale d’Agrial qui s’est déroulée, vendredi dernier, à Fougères (35).

Coralis : 2 000 adhérents
Une fusion-absorption entérinée la veille par les adhérents de la coopérative bretonne. “Cela fait chaud au cœur quand les adhérents viennent vous dire merci, s’est félicité Jean-Yves Rissel, son président. Nous sommes désormais plus gros, plus forts, plus diversifiés”. Coralis regroupe 2 000 adhérents, emploie 570 collaborateurs, collecte 280 millions de litres de lait et réalise un chiffre d’affaires de 350 Me.
Cette brique dans la construction d’un acteur majeur laitier de tout premier plan “n’était pourtant pas dans le radar d’Agrial, a rappelé son président, Arnaud Degoulet, mais c’est un bel exercice démocratique”. Baptisée sous le nom de code ACE (Agrial, Coralis, Eurial), cette opération a donc franchi une étape importante et “permettra de massifier l’offre tout en restant Bongrain compatible”.
Sur ce dossier lait et lors des débats, la question de l’état d’avancement d’un éventuel rapprochement avec les MLC (Maîtres Laitiers du Cotentin) a été posée. “Avancement, c’est un grand mot. Il y a des difficultés dans l’ultrafrais. Il est donc naturel d’examiner des pistes de travailles communes”, s’est contenté d’indiquer Arnaud Degoulet. Et Ludovic Spiers (directeur général d’Agrial) d’enchainer : “ces travaux ont été surmédiatisés. Nous n’en sommes qu’à la phase d’étude”.
Autre question : “quelles perspectives en termes d’attributions laitières”, a interrogé le président de JA 50. Réponse cette fois précise des dirigeants d’Agrial : “on y travaille, les chantiers sont lancés. Une proposition sera faite au conseil d’administration en juillet et nous communiquerons sur le sujet à l’occasion du Space sur un stand commun que nous partagerons avec Eurial”.

Copafelc : 18 adhérents
On a bu beaucoup de lait en ce jour anniversaire du D Day mais pas que. Coralis, ce sont des productions animales, végétales et l’opportunité “de développer le verger cidricole sur ce territoire” a souligné Jean-Luc Duval, vice-président d’Agrial.
Autre développement en vue, le secteur légumier avec l’arrimage de la Copafelc. Une coopérative créée en 1972 et qui compte 18 adhérents dans un triangle Falaise - Caen - Bayeux (14). “Des producteurs passionnés, a insisté son président, Nicolas Marie, qui produisent 9 000 t de pommes de terre et oignons et qui cherchent du tonnage. Nous avons un beau projet à monter”. “L’occasion de renforcer notre OP (Organisation de Producteurs) Légumes et de compléter les bassins existants de la Manche et de la Sarthe, a rebondi Bernard Guillard (vice-président d’Agrial). Cette fusion est un accélérateur de croissance”. Concrètement, les ex-Copafelc vont pouvoir bénéficier d’un appui technique et d’un réseau commercial renforcés.
Deux fusions in fine par voie d’absorption avec effet rétroactif au 1er janvier 2014. Reste tout de même à obtenir le feu vert de la haute autorité de la concurrence. Elle avait vu rouge lors du rapprochement avorté avec Val de Vire pour abus de position dominante. Mais cette fois, il s’agit d’un autre tonneau.

Les chiffres clés 2013

- 3,9 Mrde de chiffre d’affaires pour le groupe
en croissance de 8 % par rapport à 2012 (29 % en lait, 24 % en légumes, 24 % en amont, 8 % en volailles
et viandes, 7 % en distribution rurale, 4 % en boissons, 3 % en machinisme, 1 % en semences). .
- 34,3 Me de résultat net contre 45,4 Me en 2012.
- 142 Me d’EBE (Exécédent Brut d’Exploitation)
en hausse de 5 %.
- 7 Me redistribués aux adhérents sous forme d’intérêts aux parts sociales et de ristournes sur activités.
- 35 Me  d’investissements réalisés dans les branches amont, semences et distribution rurale.
- 10 000 adhérents et 11 000 collaborateurs.
-266 jeunes installés coopérateurs ont bénéficié du Plan Jeunes en 2013.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Publicité