Aller au contenu principal

Agricultrice, femme et maman : un travail à plein temps

Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, permet de mettre en lumière des parcours de femmes, aussi mamans et agricultrices. C’est le cas de Nathalie Clérot, installée en Gaec depuis six ans après une expérience professionnelle dans des centres comptables, et investie dans son organisation de producteurs.

© SB

l Allier la vie de famille et la vie professionnelle n’est pas toujours facile quand on est maman de trois enfants. Nathalie Clérot, installée à La Feuillie, en sait quelque chose. Et pourtant, elle a choisi l’agriculture à la veille de ses 40 ans. Un choix animé par la passion de l’élevage. 
Une passion qui s’est traduite par un BTS Acse et un CS fiscalité gestion et informatique, après un bac comptabilité et une année de fac. Pour autant, elle a débuté par travailler dans différents centres comptables et à la FD Cuma comme assistante de gestion et animatrice avant de rejoindre son mari sur l’exploitation familiale. Rapidement, la décision était prise. Elle a commencé par remplacer un salarié puis est devenue un associé, dans un Gaec composé désormais de cinq personnes.

Se sentir utile
Sa vie tourne autour des vaches et des veaux. Des vaches 100 % Normandes dont le lait part chez Réo pour faire le camembert AOP au lait cru, « futur véritable camembert », avance-t-elle avec fierté. « Il faut jouer sur la qualité et non la quantité. Il faut défendre l’image de notre terroir, de notre territoire », poursuit-elle. Un message qu’elle revendique assez facilement, jusqu’à s’investir au sein de l’OP Réo et l’Union des producteurs. Secrétaire à l’une et trésorière à l’autre, « je suis la seule fille », dans l’équipe, sourit-elle. Peu importe, elle apporte sa pierre à l’édifice en s’investissant dans une cause collective, et où elle se sent « utile ».

Culpabilisant
Au-delà de son métier, Nathalie
Clérot est aussi maman de trois enfants, âgés de 13, 16 et 19 ans. Les ainés sont tentés par l’agriculture. Ils ont déjà un pied dedans. La relève est donc là. Pour autant, Nathalie Clérot aurait voulu pouvoir passer plus de temps avec ses enfants quand ils étaient plus jeunes. Ils sont débrouillards parce qu’ils devaient se préparer tous seuls. « On ne loupait jamais l’heure de l’école. Ils avaient chacun leur réveil et se géraient. Mais quand je rentrais le soir de la traite, j’appréhendais un peu », confie-t-elle, jusqu’à se culpabiliser de ne pas passer assez de temps. « On a la tête dans le guidon. On travaille toujours davantage alors que le prix du lait n’est toujours pas à la hauteur », souligne-t-elle. Aujourd’hui encore, le retour des EGA se fait attendre. « De manière générale, on n’en voit pas la couleur, sans parler des charges qui augmentent. Il n’y a pas de marge d’erreur possible », confie-t-elle.

Aménager son temps
Cet investissement au sein de l’OP lui demande de jongler entre son boulot, s’organiser pour faire le travail à la ferme tout en participant aux réunions et sa vie de famille. Si le statut de l’agricultrice a avancé sur certains points, Nathalie Clérot reste mitigée par exemple sur la garde d’enfants. « En élevage laitier, comme dans d’autres productions, ce n’est pas facile à gérer. La traite, c’est matin et soir. L’astreinte est là. Et bien souvent, il n’y pas d’aménagement de temps possible », dénonce-t-elle.
Même si l’égalité femme/homme n’est pas une finalité, Nathalie espère des avancées. « L’agricultrice doit encore prouver ce qu’elle est capable de faire », conclut-elle.
Si elle avait un souhait, il s’agirait de se retrouver entre agricultrices, organiser des temps d’échanges sur un même territoire, permettant à
chacune d’entre elles de faire le travail de la ferme, être présente au retour des enfants et reprendre le travail de
l’exploitation. Un vœu qui pourrait
devenir réalité…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
Publicité