Aller au contenu principal

Agricultrice : un agriculteur comme les autres

Virginie Sartorio est installée à Creully. Elle a repris l’exploitation de sa mère, en 1996. Son mari travaille à l’extérieur. Entre la vie familiale, la ferme et les engagements à l’extérieur, les journées sont bien remplies.

© VM

C’est une ferme de femme depuis plus de 30 ans », sourit l’agricultrice. Virginie Sartorio est installée depuis février 1996. Elle a toujours été l’unique chef de son exploitation. La transmission a été réalisée entre la mère et la fille. « Mon père est décédé en 1984, j’ai d’abord été aide familiale ». Le choix de ce métier ne l’a pas beaucoup questionné. Mais, Virginie Sartorio devait d’abord convaincre sa mère qui trouvait le métier trop dur. « Après une licence de sciences économiques, je suis allée à Maltot. J’y ai obtenu le diplôme agricole nécessaire à mon installation ».
Emploi du temps chargé

La ferme compte aujourd’hui 40 vaches laitières, 80 hectares de plaine et 25 ha d’herbages. De quoi bien remplir les journées avec un mari qui travaille à l’extérieur, en tant que pharmacien, et 4 enfants (25, 20, 17 et 14 ans). L’exploitante s’appuie cependant sur un salarié. « On peut ainsi travailler un week-end sur deux. Nous avons chacun nos tâches respectives. Par exemple, il sème et je prépare le sol. Le matin, je trais pendant qu’il soigne les animaux. Je dois également me dégager du temps pour la partie administrative  Et hormis la moisson, nous n’effectuons aucun travail de plaine le week-end. Le soir, tout doit être terminé à 19 heures. J’essaie de tenir ce rythme ». S’y ajoute la vie familiale. « Pour une femme, je pense que c’est plus difficile. Quand je rentre chez moi, le repas n’est pas prêt ». En tant que femme, Virginie Sartorio ne ressent aucun problème d’intégration dans le secteur agricole, même si c’est « parfois un monde d’homme ». « On le voit chez les jeunes, les femmes prennent de plus en plus de responsabilités. Au sein de l’organisation des producteurs Danone, nous sommes aujourd’hui trois productrices ».

Représenter le monde agricole

Reste la question de la représentation des femmes dans les organisations agricoles. « Si on est chef d’exploitation, mariée avec des enfants, nous avons déjà beaucoup de responsabilités. S’investir ailleurs demande beaucoup de temps ». L’agricultrice est également élue localement. Elle siège au conseil municipal. « Je voulais que l’agriculture y soit représentée. C’est important ». Homme ou femme, Virginie Sartorio ne ressent pas de différences. Pour elle, l’exploitante agricole est un exploitant comme les autres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Agrial innove face aux défis climatiques
A Vieux, le Gaec des Papineaux a reçu, vendredi 10 et samedi 11 juin 2022, sur son exploitation plus de 4 000 visiteurs dans le…
308 millions d’euros pour compenser la hausse du prix des aliments
Dans le cadre du plan de résilience annoncé en mars 2022, le gouvernement a affecté une enveloppe de 308,5 millions d’euros…
Entre Danone et l’OP des 3 Vallées, le prix du lait encore en débat
L’OP des 3 Vallées (Danone Molay-Littry) était réunie en AG mercredi 8 juin 2022, à Torteval-Quesnay (14). Les éleveurs ont fait…
Luzerne
Éleveurs et cultivateurs créent une mini-filière de luzerne
La Cuma Séchoir collectif plaine Pays d’Auge est née il y a deux ans et demi. Elle regroupe des cultivateurs et des éleveurs qui…
Les premières coupes de silphie sous l’oeil de la coop de Creully
Près de 100 personnes, adhérents et techniciens de la Coopérative de Creully, ont assisté à la démonstration de coupe de silphie…
Rendez-vous Tech bio
Rendez-vous tech&bio : au Gaec 2000, des hôtes heureux
Gilles et Florence Haelewyn sont installés à Commes depuis 1994. La conversion en bio des terres et du cheptel date, elle, de…
Publicité