Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Agroécologie : “que les pratiques se rencontrent”

Entretien avec Gaël Avenel céréalier bio, président du GAB61 et co-organisateur des journées techniques agroécologie qui se dérouleront le 4 juillet à Montmerrei. 

© VM

A la rencontre des pratiques ... Et surtout, que les pratiques se rencontrent. Pour cette journée technique régionale du 4 juillet 2014, à Montmerrei dans l’Orne, les organisateurs issus du secteur de l’agriculture biologique, ont la ferme ambition de rassembler au-delà de leur propre cahier des charges, et d’interroger les apports de chacun, agriculture conventionnelle, agriculture de conservation, agriculture écologiquement intensive, agroforesterie et agriculture biologique, face aux défis alimentaires, sociaux et climatiques à venir à horizon 2050. Ce sera d’ailleurs le thème de la conférence de 11h30, avec la présentation du scénario “Af’terres 2050”, issu des recherches du bureau d’études Solagro. “Matériels, organisation du travail, techniques culturales et techniques d’élevage ... Nous voulons aussi mettre en valeur les transferts possibles entre les différents systèmes d’agriculture, voire faire émerger de nouvelles passerelles, détaille Gaël Avenel, céréalier Bio, président du groupement des agriculteurs biologiques de l’Orne (GAB61), qui accueillera une partie de la manifestation sur son exploitation. Nous avons la chance, sur le village, de compter trois exploitations biologiques, avec les trois grands systèmes de production, grandes cultures, bovins lait et bovins allaitants. Nous avons décidé de nous appuyer sur cette richesse. La journée sera ainsi divisée en un pôle culture et un pôle animal sur les sites de mon exploitation et de celle de mon frère, installé en lait”.

Plan d’épandage de cendres
Les plates-formes techniques, présenteront des sujets liés directement à l’agriculture Bio, mais aussi des sujets plus transversaux, tels que la vente directe des céréales aux éleveurs, la démonstration de désherbage mécanique du maïs sur le rang avec bineuse à doigts Kress, l’optimisation des rations vaches laitières, ou bien encore, la valorisation des fourrages en élevage allaitant.
Le village de Montmerrei regroupe par ailleurs une plate-forme de stockage et de valorisation des cendres issues de chaudières à bois déchiqueté des collectivités locales. Cinq fermes du village participent à ce plan d’épandage compatible avec l’agriculture biologique et qui apporte des unités de chaux, de potasse et de phosphore pour les sols. S’appuyant sur le partenariat mis en place, une conférence sur le thème de l’intérêt d’une filière bois-énergie structurée se tiendra à 16 h 30 et des démonstrations de déchiquetage de bois de haie seront présentées dans la journée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité