Aller au contenu principal

AIM sur la corde raide : l’État promet, les salariés attendent

Repris sous forme de SAS par les salariés, l’un des facteurs du redémarrage des Abattoirs Industriels de la Manche (AIM), situés à Ste-Cécile, c’était aussi une aide substantielle de l’État.

Philippe Bas, président du conseil départemental de la Manche : “les 2,5 M€ promis par l’État pour AIM doivent arriver cette semaine”.
Philippe Bas, président du conseil départemental de la Manche : “les 2,5 M€ promis par l’État pour AIM doivent arriver cette semaine”.
© EC

Aide promise par le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, le 27 mars dernier. Problème, l’enveloppe de 2,5 millions d’euros se fait toujours attendre. Philippe Bas, président du Conseil départemental de la Manche, s’impatiente. Il l’a fait savoir, lundi 18 mai, dans un courrier envoyé directement au ministre. Il est vrai que le département à travers la Société d’Économie Mixte (SEM) “Imagine” a mis la main au portefeuille à hauteur de deux millions d’euros. “Il est urgent que l’État procède à son tour, et dès cette semaine, au versement des sommes nécessaires à la poursuite de l’exploitation” souligne Philippe Bas. “En effet, la production et la commercialisation ont pu reprendre dans des conditions favorables, mais l’entreprise se heurte à des difficultés de trésorerie aiguës dues à une insuffisance dramatique de financement de son besoin de fonds de roulement”. Concrètement, les finances d’AIM Group sont tendues avec un impact sur l’approvisionnement en porcs charcutiers du site. “La coopérative CAP 50, qui est le principal fournisseur de matière première, n’est pas en mesure de financier l’encours de trésorerie très important et reste dans l’attente des règlements d’AIM group”.
Un encours qui a d’ailleurs triplé la semaine dernière. A l’heure où nous mettons sous presse, la préfecture de la Manche a envoyé un communiqué précisant, “qu’il était initialement prévu un versement échelonné de l’État : 1,5M€ en juin 2015 et le solde en août”. Reste que face à la situation financière d’AIM, plusieurs réunions ont eu lieu en mai afin de trouver des solutions opérationnelles. “L’État ne remet pas en cause son engagement et met en œuvre toutes les actions pour réduire les délais nécessaires à la mise en place de sa contribution à la reprise de l’entreprise par ses salariés”.
Des salariés qui eux aussi s’impatientent et envisagent de donner de la voix prochainement si le chèque de Bercy n’arrive pas rapidement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
[CÔTÉ JEUNES] TIEA 2024 : Le lycée agricole de Sées repart avec la médaille d'or
Cinq établissements normands ont fait le déplacement à Paris, pour participer au Trophée international de l’enseignement agricole…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Publicité