Aller au contenu principal
Font Size

GDS du Calvados
Alain Legentil fait ses adieux au GDS

Lors de l’assemblée générale du GDS qui s’est tenue en visioconférence jeudi 11 juin, Alain Legentil, président de l’organisme depuis 2007, a fait savoir qu’il présidait sa dernière assemblée générale. Le nouveau bureau sera élu en décembre.

Alain Legentil, président du GDS du Calvados
Alain Legentil, président du GDS du Calvados depuis 2007 va bientôt laisser sa place. Les élections des délégués dans les prochains mois permettront d’élire un nouveau conseil d’administration en décembre 2020.
© DR

Après treize années passées à la tête du GDS du Calvados, Alain Legentil ne s’attendait pas à tenir sa dernière assemblée générale en visioconférence, mais le GDS s’est adapté aux contraintes sanitaires. La réunion à distance n’a pas empêché Cédric Nouvelot, conseiller départemental, de saluer avec chaleur le président du GDS : « merci Alain pour le travail du bureau et l’excellent partenariat avec le Département, basé sur la confiance ». Le référent Agriculture et pêche du Calvados reconnaît aussi « la transparence » de la gestion d’Alain Legentil et de son équipe. Vétérinaire à Bayeux, Arnaud Triomphe rend hommage, quant à lui, à « l’oreille toujours attentive » du président. « On a fait beaucoup de choses, c’est vraiment agréable ».

Ovins, IBR, BVD…

« En treize ans, croit se rappeler Étienne Gavart, le directeur du GDS, on a créé un nouveau service par an ». Parmi eux, la création d’une section ovine, suivie de la mise en place d’un plan de lutte réussi contre la tremblante ovine par la voie génétique. En 2013, il déménageait la filiale des GDS du Calvados et de la Manche, Farago Manche-Calvados, qui s’agrandissait à Saint-Amand, près de Torigni-sur-Vire. Autres victoires, la mise en place, en 2014, du plan volontaire d’éradication du BVD, conforté par l’arrêté ministériel de juillet dernier qui le rend obligatoire ; l’éradication de l’IBR en 2019.

Intérêts des éleveurs

« J’espère qu’on a répondu aux besoins des éleveurs », résume humblement celui qui a toujours cherché à faire baisser les coûts : en témoigne l’aide supplémentaire accordée aux éleveurs pour la contention dans le plan de lutte contre la tuberculose bovine. « J’étais là pour défendre leurs intérêts, en concertation avec les partenaires », observe-il. Alain Legentil a toujours mis un point d’honneur à « faire du GDS un organisme apolitique au service de tous ». La bonne gestion, saluée par les institutions, est aussi due « aux bonnes relations qu’on a toujours cherché à garder » avec le Département, les vétérinaires et les services de l’État.

Nouveau maire

À 62 ans, « c’est normal de passer le flambeau à une génération plus jeune qui aura de nouvelles idées », explique Alain Legentil. En 2007, au moment où il remplace Pascal Pérette, il laisse ses deux fils prendre leurs marques dans le nouveau Gaec. Aujourd’hui, au contraire, « ils vont être contents parce que je vais être là plus souvent ». Quoique. Élu depuis peu maire de Brémoy, il reconnaît déjà l’importance du travail à accomplir, même dans une commune de 200 habitants. 

 

Une assemblée générale dématérialisée
Le repérage de la loque américaine au sein des cheptels, prévu à partir de la mi-mars, a été repoussé en raison du confinement. Dans ce contexte, les différents services, GDS, AICC, DDPP, et aussi vétérinaires, ont assuré une continuité de service ces derniers mois. Elle a permis aux éleveurs bovins de ne pas subir de retard dans les prophylaxies, même si la date butoir a été reportée par la DDPP au 15 juin. Alain Legentil a annoncé qu’il présidait sa dernière assemblée générale. L’élection des délégués est fixée au 30 novembre 2020. Elle sera précédée d’un appel à candidature et suivie de celle du conseil d’administration puis du bureau le 15 décembre 2020.
 
Elections
Lors de l’assemblée générale, organisée en visioconférence jeudi 11 juin, le GDS du Calvados a rappelé l’économie de 100 000 € réalisée grâce à la reconnaissance de zone épidémiologiquement favorable (ZEF) en IBR. Pour accompagner la lutte contre la tuberculose bovine, la mise en place de l’arrêté ministériel BVD et la section apicole du GDS, le Département a de plus augmenté sa participation en 2020 de 55 000 €, la portant à 600 000 €. De nouveaux cas de tuberculose bovine découverts dans le Calvados risquent d’augmenter la zone géographique de prophylaxie l’an prochain. Le président, Alain Legentil, salue les efforts de l’administration qui assure « des durées de blocage plus acceptables ».  
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité