Aller au contenu principal
Font Size

AMB Rousset
AMB Rousset - AMB Rousset - Une ramasseuse géante imaginée par une Cuma

Depuis septembre, la Cuma de la Pommeraie s'est dotée d'une ramasseuse XXL. Equipée d'une trémie de 12 m3, la R60 est le fruit d'une collaboration entre les agriculteurs et la société AMB-Rousset. Le 17 novembre dernier, la machine était en démonstration à Argouges (50).

Dix mètres de longueur, 2,30 mètres de largeur, 4,10 mètres de hauteur : des mensurations qui peuvent faire fantasmer certains producteurs de pommes ! Dans les vergers manchois, l'imposante silhouette de la ramasseuse R60 ne passe pas inaperçue. Cette machine, les producteurs de la Cuma l'ont voulue et donc imaginée. "Nous avions les idées. Nous les avons transmises au constructeur qui nous a écoutés. Notre groupe a participé activement à la conception", précise Guy Bernier, agriculteur sur Argouges (50) et président de la Cuma de la Pommeraie.

7,5 tonnes dans la trémie
et 4 roues directrices
Les producteurs ont présenté leur cahier des charges. La société AMB-Rousset a suivi. Leur souhait : une trémie d'une capacité de 6 tonnes, une qualité de triage, quatre roues motrices directrices, et une puissance de 200 chevaux. Pour atteindre ces objectifs, les échanges entre la Cuma et le constructeur se sont multipliés. "C'est la plus grosse ramasseuse à pommes jamais construite. Nous avons vraiment débattu. Par exemple, la largeur entre les roues, demandée par la Cuma, nous a paru un peu farfelue. Au final, ils ont eu raison d'insister", précise Philippe Rousset, président-directeur général d'AMB Rousset. Cette machine hors-norme a nécessité 5000 heures de travail, dont 1000 heures uniquement consacrées au dessin. Car avant d'aboutir au projet final, les débats se sont multipliés. "À l'origine, nous pensions que deux personnes trieraient les pommes en haut de la machine. Mais, les conditions de travail se seraient révélé extrêmement difficiles. Et nos fermes manquent déjà de personnel. Au final, notre groupe a donc réalisé une dizaine d'ébauches", raconte le président de la Cuma. Les échanges ont débuté en mars, pour une livraison septembre. "En mai, j'ai vraiment cru que nous ne serions pas dans les temps", concède Guy Bernier.

15 tonnes à vide
Mais, les producteurs-concepteurs disposaient aussi de certitudes. À commencer par la tête de récolte et le tapis de transfert latéral. "Nous utilisions le même système sur la ramasseuse précédente, une SMC", souligne Guy Bernier. Autre critère non-négociable : la capacité de la trémie proche des 7,5 tonnes. "Elle était de 4,5 tonnes sur l'ancienne machine. Nos rangs avoisinent souvent les 300 mètres. Reculer perd du temps et dégrade le terrain", insiste-t-il. 
Au final, l'engin atteint 15 tonnes à vide. Cet impressionnant gabarit implique la modification de quelques vergers. Vincent Brault, adhérent de la Cuma, a ainsi arraché quelques pommiers. "Je n'en ai supprimé qu'une cinquantaine sur 15 000 plants. C'est dérisoire. Nous avons laissé 6,50 mètres entre les pommiers et les clôtures. Nous ne voulons pas faire plus de trois manoeuvres pour entrer dans le rang", témoigne le producteur. La R60 d'AMB Rousset travaille entre 2 et 5 km/h. "Nous pouvons ramasser jusqu'à 35 tonnes par heure dans les conditions idéales", indique Vincent Brault.

15 EUR de la tonne ramassée
Reste la question du coût. L'investissement de la Cuma de la Pommeraie sera amorti sur 7 ans. Pour 2500 tonnes ramassées, la prestation revient à 15 EUR/tonne. "Je m'y retrouve financièrement. Grâce au système de tapis avec tétines inversées, les pommes sont plus propres et donc mieux payées", justifie Vincent Brault. La R60 ramasse actuellement 73 hectares de vergers. Un chiffre qui se gonflera prochainement avec les 15 hectares plantés cette année. L'investissement prouve que les producteurs croient à la filière pomme et aux Cuma.
 

10 producteurs pour une ramasseuse

La Cuma de la Pommeraie compte 10 adhérents pour 73 hectares, dont 11 hectares datant de 1982. Le groupe ramasse donc 2 500 tonnes par an actuellement et 3000 tonnes prochainement. 15 hectares de jeunes vergers ont été plantés en 2010.
La machine dispose encore de marge de manoeuvre. "Je crois qu'elle pourrait ramasser jusqu'à 4000 tonnes par an avec une bonne organisation", explique Guy Bernier. En attendant, la R60 assure qualité de travail et réactivité aux producteurs. "Les éleveurs ont, en effet, un temps limité lors de la récolte".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
Publicité