Aller au contenu principal

Upra Normande
Ambiance funèbre à Caen

L'Upra Normande est dans une passe financière inquiétante. Les dirigeants ne voient qu'une solution : restructurer dans le cadre de la nouvelle OS... mais sans donner de détail. Les salariés, eux, broient du noir

Les dirigeants de l'Upra ne veulent pas dévoiler leurs intentions avant d'avoir consulté les associations d'éleveurs.
Les dirigeants de l'Upra ne veulent pas dévoiler leurs intentions avant d'avoir consulté les associations d'éleveurs.
© Eric Charon
Les deux heures de l'assemblée générale de l'Upra Normande, se déroulant à Caen jeudi 22 juin, ont ressemblé à une véritable veillée funèbre pour la structure actuelle. Si les querelles de l'année passée avec les unités de sélection n'ont plus provoqué de réaction, le bilan présenté par le commissaire aux comptes ressemblait bien à un requiem, "sans l'appui de votre banque, vous seriez en dépôt de bilan" : déficit de plus de 37 000 euros, fonds propres insuffisants, bref l'Upra n'a plus assez de produits pour faire face à ces charges . Jacques Legendre, président depuis février dernier, résume en une phrase les décisions qui devront être prises en août prochain au conseil d'administration : "il faut restructurer". Yannick Queguigner, président de l'Ubanor a demandé des explications plus claires, notamment sur une éventuelle délocalisation. Réponse commune des dirigeants, "c'est dans la réflexion". Certains éleveurs imaginent déjà le pire scénario : le transfert de l'Upra au GNA, basé à Domfront, et les locaux d'Hérouville vendus avec en finale, le licenciement du personnel. L'Upra renaîtra t-elle de ses cendres dans la nouvelle OS ? Réponse en 2007.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Publicité