Aller au contenu principal

Ambiance western au Festival de la terre et de la ruralité

Le programme du Festival de la terre et de la ruralité s’affine. Le 4 septembre, sur les terres de Arnaud Chapdelaine, agriculteur à Saint-Maur-des-Bois (près de Villedieu-les-Poêles), pas moins de 10 000 visiteurs sont attendus.

Avec l’accueil de la Ranch Horse Association, une ambiance western règnera sur le site du festival le 4 septembre. Les JA ont déjà leur chapeau
Avec l’accueil de la Ranch Horse Association, une ambiance western règnera sur le site du festival le 4 septembre. Les JA ont déjà leur chapeau
© SB

Chaque année, les Jeunes agriculteurs de la Manche sont motivés à faire de leur Festival de la terre et de la ruralité, un événement phare dans le domaine agricole du département. Les visiteurs le savent. Ils sont chaque année nombreux à faire le déplacement. Cette année, la manifestation se déroulera sur la commune de Saint-Maur-des-Bois, près de Villedieu-les-Poêles, chez Arnaud Chapdelaine, président des JA du canton Saint-Pois/Brécey.

Une profession innovante

Chaque année, le comité d’organisation est à la recherche d’animations phares. Et cette année, les JA mettent l’accent sur l’innovation et les nouvelles technologies. « Une des missions des JA est le renouvellement et l’installation » précise Jean-François Dorenlor, en charge de la communication. Et pour cela, avec l’équipe, il a choisi de montrer l’évolution du monde agricole. « Aujourd’hui, les nouvelles technologies sont de plusen plus importantes. Elles ont envahi l’agriculture et les cultures » poursuit-il. Alors, dans les champs, les visiteurs pourront découvrir les tracteurs guidés de GPS. « Ces techniques nous permettent d’aller vers des économies non négligeables ». Le drone a fait également son apparition dans la profession. Un outil utile par exemple pour déterminer les besoins d’azote d’une parcelle et les quantités nécessaires. Là encore pour tendre vers des économies et une agriculture raisonnée. « C’est un pôle qui sera intéressant pour tout le public » assure Émilie Lebrun, animatrice du réseau. « Nous avons un métier gourmand en temps mais qui a évolué en terme de pénibilité » poursuit-elle. Un message pour séduire de nouveaux jeunes dans la filière agricole qui offre une multiplicité de postes.

Une profession technique

Le pôle technique ne sera pas loin. Il sera l’occasion pour les concessionnaires, Cuma et OPA d’exposer du matériel agricole afin de « monter ce qui existe en matière de machines agricoles » précise Jean-François Dorenlor. L’association des salariés agricoles de la Manche organisera de leur côté un concours de conduite d’engins. Sur l’immense terrain d’une vingtaine d’hectares, les visiteurs entreront par l’allée de bienvenue. Une allée formée d’essais variétaux semés il y a quelques semaines grâce à la participation de fournisseurs de semences. Cette allée constitue pour ces derniers une véritable vitrine. À quelques pas, les visiteurs pourront également découvrir l’intérêt du chien de troupeau sur une ferme au travers de démonstrations.

Esprits western

Chaque année, les JA sont à la recherche d’animations phares. Pour cette nouvelle édition, ils vont accueillir le Ranch Horse Association. « Ce sont des passionnés qui feront des démonstrations de travail du bétail avec des chevaux » indique le responsable communication. Le cheval reste très utile dans le tri des animaux, le soin des animaux tel que la vaccination. « La RHA est avant tout un groupe de passionnés partageant une même philosophie, une même passion des chevaux, des vaches et de l’équitation western, dans le respect des traditions américaines. Dans nos animations, on retrouve l’âme et l’esprit qui règnent dans les ranchs de l’Ouest américain » commente un des responsables de la RHA.

Une dimension régionale

Cette année, le festival organise le concours départemental de labour. Mais à quelques pas se déroulera la finale régionale, composé des finalistes départementaux de l’année dernière. Parallèlement, les JA accueillent le comice d’arrondissement de Mortain/Avranches. Les meilleurs animaux seront en compétition. Et pour la seconde année, ils recevront le concours régional d’ovins organisé par Oscar (organisme de sélection).

Tournés vers les familles

Cet événement se veut tourné vers les familles. Ainsi, les visiteurs retrouveront la spectaculaire démonstration de 4L cross, balade en calèche, baptême de quad, structures gonflables, atelier de maquillage, mini ferme, circuit de voitures à pédales, marché du terroir. Ouvert aux producteurs locaux, c’est une occasion de faire valoir le savoirfaire. « Il ne faut pas hésiter à se faire connaître. Les emplacements sont gratuits pour les producteurs issus des deux cantons » précise l’animatrice.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité