Aller au contenu principal

Améliorer l’acceptabilité sociale des projets de méthanisation

Aujourd’hui de plus en plus de projets de méthanisation se heurtent à une opposition de riverains. Méconnaissance de la méthanisation, syndrome NIMBY (« Not In My BackYard » ou « Surtout pas chez moi »), manque d’information sur le projet, rivalités locales… les raisons sont multiples et pas toujours simples à analyser.

La méthanisation est une technologie complexe, qui reste encore peu connue du grand public et des élus des collectivités.
© CRAN

Il n’est jamais trop tôt pour en parler
Il n’existe pas de recette miracle pour éviter une opposition. Toutefois, si par le passé, de nombreux projets se sont montés dans le secret des exploitations agricoles, les porteurs de projet sont aujourd’hui encouragés à communiquer le plus en amont possible.
Dans le cadre du Plan Méthanisation Normandie, les financeurs publics (Ademe et Région) et leurs partenaires encouragent vivement le ou les porteurs de projet a rencontré les élus locaux concernés par la future installation, et ce bien avant le dépôt des demandes de financement.
L’élaboration d’une véritable stratégie de concertation autour du projet est également fortement recommandée. L’accompagnement par une agence spécialisée autour des projets d’énergies renouvelables peut être pris en charge par l’Ademe à hauteur de 50 %.

La nécessaire formation des élus
Par ailleurs, la méthanisation est une technologie complexe, qui reste encore peu connue du grand public et des élus des collectivités. Ces derniers sont trop souvent démunis lorsqu’il faut prendre position pour ou contre un projet. Il est donc nécessaire de leur présenter et de leur expliquer la méthanisation.
Avec le Plan Méthanisation Normandie, un circuit de découverte de la méthanisation sera proposé aux (nouveaux) élus normands dès la fin du printemps. Ils disposeront ainsi des clés pour se positionner par rapport aux projets de leurs territoires.

Lancé en 2018 sous l’impulsion de la Région Normandie et de l’Ademe, en partenariat avec la Chambre Régionale d’Agriculture de Normandie-Nov&atech et l’association Biomasse Normandie, le Plan Méthanisation Normandie fédère les acteurs normands de la méthanisation.
Sa gouvernance élargie inclut les services de l’Etat, les syndicats d’énergie, GRDF, GRTgaz, et les banques, avec pour but commun d’accompagner le développement de la méthanisation en Normandie.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité