Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Techniques d'insémination au lycée de Coutances
Amélis présente sa palette de services

Jeudi dernier, la visite des six ateliers mis en place par Amélis a été studieuse, les questions nombreuses. 70 élèves des classes de Bepa production animale, 1ère-terminale STAV, de CGEA, Bac Pro et BPREA (CFPPA) ont donc découvert le temps d’une après-midi les différentes facettes de l’insémination bovine.

Explications sur le "Vel'Phone", un bolus permet d'avertir l'éleveur sur son portable peu de temps avant le vêlage.
Explications sur le "Vel'Phone", un bolus permet d'avertir l'éleveur sur son portable peu de temps avant le vêlage.
© E.C.

“Ces élèves se destinent surtout à l’installation mais sont très intéressés par les techniques présentées par Amélis” souligne Mme Langenais professeur de zootechnie. Outre l’insémination et le matériel, les futurs agriculteurs ont étudié la maîtrise des cycles sexuels des bovins et équins, le constat de fertilité par le biais de l’échographie, la détection des chaleurs, la transplantation embryonnaire. Atelier très couru, celui des nouvelles technologies axé notamment sur le sexage des semences et les tests génétiques.
Cette approche demeure indispensable pour les lycéens. Elle leur permet d’appréhender des choix techniques économiquement pertinents et durables. “A l’heure où les coûts de production doivent sérieusement être étudiés, ceux induits par la fécondité ne sont pas neutres dans la gestion d’un cheptel”.

Exploitation performante
Justement, la gestion d’un cheptel, la ferme du lycée de Coutances y attache une importance capitale. “Nous faisons partie des 32 exploitations du réseau des producteurs laitiers européens”. L’occasion lors des réunions de comparer son EBE ou encore son bénéfice net. Bruno Mondin, responsable de la ferme, est assez fier des résultats. “L’EBE de l’exploitation (65 laitières Normandes et Prim’Holstein) atteint 240 euros aux 1000 litres. Sur 2008, nous aurons quasiment les mêmes chiffres qu’en 2007 avec 40 000 euros d’annuités, la rémunération de 2,5 UTH salariés pour 350 000 l de quota”. A la clé, un bénéfice net de 13 euros aux 1000 l. Remarquable résultat par les temps qui courent permettant de donner une belle marge de manoeuvre sur les décisions et investissements à venir. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité