Aller au contenu principal

Collection Vie d'Autrefois
Amours et mariages en France d'autrefois

A lire. Aujourd'hui, on se marie plutôt le samedi et la robe de mariée est assez souvent blanche... Hier, la promise était en noir, en rouge ou de toutes les couleurs et se mariait souvent le jeudi. Si l'on jette maintenant sur les nouveaux époux grains de riz et pétales de roses, auparavant on tirait des salves de coups de fusil, on leur faisait sauter des barrières ou l'on enlevait la mariée à cheval !

.
.
© DR
Car si le mariage est une tradition plus vivace que jamais, ses us et coutumes ont bien changé : sauter par-dessus le brasier de la Saint-Jean pour se marier dans l'année, créer des philtres d'amour plus ou moins ragoûtants, aller faire sa cour à la veillée, servir la rôtie pendant la nuit de noces... autant de traditions oubliées, émouvantes, amusantes ou dures à vivre, qui revivent dans ce livre rédigé par des spécialistes d'histoire locale. Trois grandes parties étudient successivement les amours et courtisailles, la déclaration officielle, puis les festivités du jour des noces, dans chaque région de France. Regarder la direction d'envol d'une coccinelle indiquait d'où devait venir le futur ; le trousseau de la jeune fille était transporté en charrette enrubannée jusqu'à son nouveau domicile en un joyeux cortège ; présenter des noix au dessert à un prétendant gascon, c'était refuser sa demande ; les fiancés du Jura faisaient leurs invitations pour la noce en distribuant des beignets ; dans le Haut-Vivarais, le cortège allait à cheval et le garçon d'honneur avait une poule attachée par les pattes à l'arçon ; le père de la mariée glissait en Lorraine dans la bottine de sa fille une pièce pour lui porter chance... Autant de façons qu'avaient autrefois les garçons de séduire les filles... et plus si affinités ! 208 pages. Prix public : 30 euros. Archives et Culture 26 bis rue Paul Barruel 75015 ParisLES AUTEURS Préface d'Anne Tricaud, conservateur en chef du patrimoine au musée des Arts et Traditions populaires. Les auteurs : Daniel Bernard, Caroline Brancq, Agnès Bruno, Béatrice Cabedoce, Marie Chomereau-Lamotte, Max et Anne-Claire Déjean, Michèle Gardré-Valière, Bruno Guignard, Brigitte Jobbé-Duval, Bernadette Ladauge, Marie-Odile Mergnac, Cécile Prévot, Dominique Richard, Jean-Pierre Semblat, Anne Tricaud, Michel Valière, Rémi Venture, Michel Vernus.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité