Aller au contenu principal

Anciens agriculteurs de l'Orne : les générations se serrent les coudes

Les regroupements des communes, la réunification de la Normandie ne laissent pas les anciens exploitants insensibles. Devant la préfète de l'Orne, ils se sont interrogés sur l'avenir de la ruralité, leur environnement au quotidien.

© SB

Toutes les générations agricoles étaient réunies à la réunion annuelle des anciens : Jeunes Agriculteurs, FDSEA et SAE (Section des anciens exploitants). Et ces trois générations sont prêtes à se serrer les coudes pour passer la crise et maintenir le nombre d'agriculteurs dans les campagnes. "Nous ne sommes plus les seuls" souligne Anne-Marie Denis. "Mais sans agriculteur, il y a plus de monde rural". Les anciens acquiescent, eux qui ont vu l'évolution depuis ces dernières décennies. "Notre présence et participation est de plus en plus nécessaire" souligne Madeleine Denizot, président de la SAE de l'Orne. Surtout en période de crise. "Les anciens exploitants ne sont pas indifférents à la conjoncture actuelle. Nous sommes touchés en tant que propriétaires, parents d'exploitants". Ils tendent la main aux actifs. Un geste apprécié par les agriculteurs qui les incitent à regarder de près ce qu'il y a dans les rayons des grandes surfaces, à favoriser les produits locaux. "On sera là pour vous si vous êtes là pour nous" confie Anne-Marie Denis.

L'état n'abandonne pas sa campagne
La crise agricole n'est pas la seule préoccupation des anciens.
L'avenir de leur territoire avec le regroupement des communes, des intercommunalités, ou encore les régions les interpellent. C'est pour cette raison que la SAE avait convié Isabelle David, préfète de l'Orne à s'exprimer sur le sujet. "La réforme des collectivités territoriales va entrainer l'éloignement des pôles de décision et affaiblir le rôle des élus ruraux" indique Madeleine Denizot qui est prête à mettre sont énergie et sa détermination à combattre ces enjeux, notamment lutter contre les déserts médicaux, la revalorisation des petites retraites ou encore l'accompagnement et la prise en charge des personnes âgées.  
La représentante de l'Etat se veut positive. "L'Etat n'abandonne pas sa campagne. Il croit en ses territoires ruraux. Il est essentiel de croire en retour aux réformes qui sont menées pour préparer l'avenir". Et face à l'auditoire, elle a rappelé le soutien de l'hexagone au monde agricole "dans toutes les étapes de leur vie".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité