Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Après les ensilages de maïs
Apporter quelques soins au sol

Lors de la récolte de maïs ensilage, les sols de vos parcelles sont fortement sollicités par le trafic des matériels de récolte et de transport. Ils méritent quelques soins appropriés qui leur permettront d'affronter plus facilement les épreuves climatiques d'hiver et de préparer, dans de bonnes conditions, la prochaine campagne.


Déchaumer
Le déchaumage est une intervention qui présente beaucoup d'intérêt :
- ameublissement de la couche superficielle du sol favorable à l'infiltration de l'eau et à la réduction du ruissellement de surface ;
- nivellement du sol ;
- mélange des résidus de récolte et des amendements calciques ;
- destruction des adventices.
Les outils à disques (ex. cover-crop) ou à dents conviennent bien pour le déchaumage d'automne. En travaillant à une profondeur de 10-12 cm, ils déchaussent correctement les éteules (ou “chaumes”) de maïs et évitent de faire trop fin. Dans les parcelles en pente, si cela est possible, il est conseillé de travailler perpendiculairement à la pente ; dans ce sens, on freine ainsi le ruissellement des pluies d'automne ou d'hiver.

Décompacter si nécessaire
Cette intervention est envisageable à l'automne si la terre est sèche en profondeur. En revanche, elle est à proscrire en conditions humides.
Le décomptage a pour objectif d'ameublir en profondeur par éclatement des sols tassés ou compactés. Dans les terres limoneuses, il s'agit généralement d'éclater une semelle de labour qui se forme au fil des ans par les passages répétés de la charrue.
L'intervention ne doit pas être systématique. Il faut d'abord vérifier à la profondeur du labour si une “semelle” existe avant d'engager cette opération assez coûteuse en énergie et en temps.
Pour obtenir un bon éclatement, il faut travailler dans le sens de la pente, assez vite, 10 à 15 cm en dessous de la semelle, en ayant soin de croiser le sens habituel du labour et les lignes de drains.

Réparer les sorties de champ
Pendant les travaux de récolte, les sorties de champ sont forcément mises à rude épreuve. La terre est compactée et les ornières parfois profondes. Les conditions sont ainsi réunies pour que l'écoulement de l'eau de ruissellement chargée de terre soit intense et rapide, ce qui peut embourber les voies de circulation et créer un danger réel.
Ces problèmes peuvent être facilement évités, tout au moins limités par des interventions très simples :
- décompactage du sol ;
- suppression des ornières ;
- déviation par une raie de charrue de l'écoulement de l'eau vers le talus ou le fossé ;
- entretien du réseau d'écou-lement (fossé, busage, …).

Dans les parcelles sensibles : semer des cultures intermédiaires
La culture intermédiaire (ou le couvert hivernal) implantée entre deux cultures principales a pour avantage :
- de réduire les pertes d'azote ;
- de protéger le sol en limitant la battance, les problèmes de ruissellement et d'érosion ;
- de limiter le développement des mauvaises herbes ;
- et de constituer éventuellement un appoint fourrager non négligeable.
Il faut privilégier la culture intermédiaire dans les parcelles sensibles qui présentent des risques importants de pertes d'azote ou d'érosion (ex : parcelle pentue, petite terre, structure fragile, premier maïs après un retournement de vieille prairie).
Son implantation doit être la plus simple possible ; une préparation superficielle du sol suffit le plus souvent.
Les critères de choix sont nombreux, les principaux sont la date de semis, la sensibilité au froid hivernal, la facilité d'implantation ou de destruction, le coût de la semence et les possibilités fourragères.

Nathalie Dilly
Chambre d'Agriculture de la Manche

Exemples de couverts hivernaux à implanter derrière maïs
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité